Cet article date de plus de six ans.

Le soutien du cinéaste Costa-Gavras à Tsipras, face à "l'Europe conservatrice"

L'Europe "conservatrice" n'a "aucune raison de laisser Tsipras réussir", estime Constantin Costa-Gavras dans une interview le 25 février à l'Humanité. Le réalisateur franco-grec, auteur de nombreux films politiques, appuie par ailleurs le programme du gouvernement de la gauche radicale en matière de culture et son soutien aux acteurs culturels sur le terrain.
Article rédigé par
franceinfo Culture (avec AFP) - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Costa-Gavras en septembre 2014.
 (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)
"La Grèce se retrouve face à une Europe conservatrice qui n'a aucune raison de laisser Tsipras réussir, ne serait-ce que pour des raisons idéologiques", déclare au quotidien communiste le cinéaste auteur de nombreux films politiques, dont le dernier, "Le capital", était une charge contre la folie financière. 

"Sortir la Grèce des griffes de la troïka"

"Ce qui se passe pour trois ou quatre millions de Grecs est une tragédie. J'approuve la volonté de Tsipras de sortir le pays des griffes de la troïka", ajoute le réalisateur de Z. Le Premier ministre grec "a commencé à appliquer ses réformes. Il ne réussira peut-être pas tout mais l'essentiel est de tout faire pour y parvenir", poursuit le cinéaste de 82 ans qui s'est à plusieurs reprises exprimé le drame du peuple grec

Evoquant le programme de gauche radicale du parti Syriza pour la culture, Costa-Gavras le qualifie de "très juste sur la forme et le fond, à savoir un  soutien d'Etat indispensable, tout en laissant la culture aux mains de ceux qui  la font". 

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a assuré mercredi "qu'aucun euro" d'aide ne serait versé à la Grèce tant qu'elle n'aurait pas rempli tous ses engagements prévus avec ses partenaires européens dans le cadre du programme d'aide.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.