La chronique philo : "Le cinéma, que l'on croyait à part, est soudainement frappé par l'irruption de la vérité"

Alors que la cérémonie des César se tient ce vendredi 28 février, Géraldine Mosna-Savoye a passé le cinéma au crible de la philosophie.

franceinfo

C'est une question qui traverse le XXe siècle : le lien entre cinéma et réalité. Mais cette question avait été anticipée dès l'antiquité avec Platon. "C'est fascinant, car avec l'allégorie de la caverne, Platon décrit l'expérience qu'on a dans une salle de cinéma. Il imagine des hommes enfermés dans une caverne qui voient des ombres projetées sur un mur. Pour le philosophe, ces ombres ne montrent pas la réalité et ne sont que des illusions", analyse Géraldine Mosna-Savoye.

"Pourquoi le cinéma serait-il séparé de la réalité?"

Aujourd'hui, c'est désormais la réalité qui percute le cinéma, comme le témoignage d'Adèle Haenel. "C'est très intéressant ce qu'il se passe en ce moment parce qu'on a l'impression que le cinéma, que l'on croyait à part, est soudainement frappé par l'irruption de la vérité. Et c'est une très bonne nouvelle. Pourquoi le cinéma serait-il séparé de la réalité?", conclut la chroniqueuse.

Le JT
Les autres sujets du JT
La 35e cérémonie des César du cinéma français, le 27 février 2010 au théâtre du Châtelet à Paris (photo d\'illustration).
La 35e cérémonie des César du cinéma français, le 27 février 2010 au théâtre du Châtelet à Paris (photo d'illustration). (PATRICK KOVARIK / AFP)