Gaspard Ulliel, le plus beau fiancé du cinéma français

Victime d'un grave accident de ski mardi après-midi dans la station de La Rosière, en Savoie, l'acteur français de 37 ans, est décédé mercredi à l'hôpital. Retour sur une carrière aussi fulgurante que remarquable.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Gaspard Ulliel le 19 mai 2016 au Festival de Cannes où il participait avec le film  "Juste la fin du monde" de Xavier Dolan. (PASCAL LE SEGRETAIN / GETTY IMAGES EUROPE)

Le cinéma français vient de perdre l'un de ses plus grands talents, un acteur d'une élégance et d'une étrange beauté fauché en plein vol et qui aurait pu encore évoluer vers d'autres territoires. Victime d'un grave accident de ski mardi après-midi dans la station de ski de La Rosière (Savoie) alors qu'il ne portait pas de casque, l'acteur Gaspard Ulliel est mort, mercredi 19 janvier au CHU de Grenoble, a annoncé sa famille dans un communiqué transmis par son agent à l'AFP.

Gaspard Ulliel : un acteur talentueux, décédé au sommet de sa carrière

Le comédien de 37 ans avait connu une ascension fulgurante, marquée notamment par deux César, celui du meilleur espoir masculin (en 2005 pour Un long dimanche de fiançailles) et celui du meilleur acteur (en 2017 pour Juste la fin du monde). Il avait notamment joué aux côtés d'Emmanuelle Béart, Audrey Tautou, Mélanie Laurent, Nicole Garcia, Isabelle Huppert, Olivier Gourmet ou Gérard Depardieu, et devant la caméra d'André Téchiné, Bertrand Bonello ou Xavier Dolan. 

Révélé avec Téchiné, récompensé avec Jeunet

Né en 1984 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) d'une mère styliste et d'un père designer, Gaspard Ulliel s'est rapidement dirigé vers une carrière d'acteur, d'abord dans des petits rôles, mais côtoyant Sandrine Bonnaire (la série Une femme en blanc) ou Francis Huster (Julien l'apprenti). C'est Michel Blanc qui le découvre et lui donne un premier rôle plus important en 2002, dans Embrassez qui vous voudrez, auprès de Jacques Dutronc, Charlotte Rampling et Lou Doillon. Son talent lui vaut une première nomination aux César comme meilleur espoir masculin.

Une performance renouvelée, dans Les Egarés en 2003, d'André Téchiné, avec Emmanuelle Béart, pour laquelle il obtiendra une nouvelle nomination. La troisième sera la bonne, grâce à Un long dimanche de fiançailles, de Jean-Pierre Jeunet, avec Audrey Tautou. C'est la porte ouverte à un premier rôle dans Le Dernier Jour, de Rodolphe Marconi. Nicole Garcia, Mélanie Laurent, Alysson Paradis et Christophe Malavoy sont ses partenaires, mais le film ne rencontre pas le succès espéré.

Le jeune Hannibal

Qu'à cela ne tienne, Gaspard Ulliel est de plus en plus demandé, comme par Gus van Sant qui le fait tourner dans un des fragments du film à sketches Paris je t'aime (2006). Il s'ouvre alors à des films plus grand public, comme Jacquou le croquant (2007) de Laurent Boutonnat, avec Marie-Josée Croze, Albert Dupontel, Tchéky Karyo et Olivier Gourmet. Adapté de la célèbre série télévisée éponyme des années 1970, le film reçoit un accueil critique et public mitigé.

Plusieurs coproductions internationales font appel à lui, notamment Hannibal Lecter : Les Origines du mal (2007), qui évoque la jeunesse du célèbre cannibale, joué par Anthony Hopkins dans les deux premiers films de la franchise. Mais il revient à une veine plus confidentielle avec Un barrage contre le Pacifique (2009) de Rithy Panh, où il donne la réplique à Isabelle Huppert. Puis dans un genre plus commercial, il est au côté de Jean Reno la même année dans le film d'action Le Premier Cercle.

Un casting cinq étoiles avec Dolan

Bertrand Tavernier lui offre un de ses plus beaux rôles dans La Princesse de Montpensier, en 2010, où il incarne le duc de Guise et où il retrouve Mélanie Thierry, dans un film qui rassemble une critique unanime. L'acteur ne cesse de tourner, notamment dans le Saint Laurent de Bertrand Bonello, où il est le grand couturier, le film étant également acclamé par la critique, mais moins par le public.

C'est le réalisateur québécois Xavier Dolan qui lui offre finalement le rôle qui va lui permettre de décrocher le César du meilleur acteur pour sa performance dans Juste la fin du monde, où il est entouré de Nathalie Baye, Marion Cotillard, Léa Seydoux et Vincent Cassel.

On le voit la même année dans le formidable La Danseuse, de Stéphanie Di Giusto, sur la chorégraphe américaine Loïe Fuller qu'interprète la chanteuse Soko et où il évolue à nouveau au côté de Mélanie Thierry. Isabelle Huppert est à nouveau sa partenaire dans Eva en 2017, dirigé par Benoît Jacquot et la même année, il donne la réplique à Gérard Depardieu dans Les Confins du monde de Guillaume Nicloux. Ses dernières apparitions datent de 2019, comme membre du jury du 45e Festival du cinéma américain de Deauville, présidé par Catherine Deneuve.

Mannequin et ambassadeur de grandes marques

Parallèlement à sa brillante carrière d'acteur, Gaspard Ulliel a été régulièrement mannequin lors des défilés de la Fashion Week de Paris. Il était également l'ambassadeur à l'image du parfum "Bleu" de Chanel dans une publicité tournée par Martin Scorsese à New York. Il a aussi participé à la promotion des sacs Longchamp au côté de Kate Moss.

Acteur élégant, reconnu et apprécié par ses pairs, Gaspard Ulliel confiait dans le magazine Grazia en 2019 avoir "réalisé en mettant les rôles les uns à côté des autres qu'ils racontaient plein de choses sur mon parcours intime, mon évolution en tant qu'homme".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.