Festival de Cannes : la projection de "Mariupolis 2" du réalisateur Mantas Kvedaravicius tué fin mars en Ukraine, créé l'émotion sur la Croisette

Vive émotion à Cannes avec la projection hors compétition de "Mariupolis 2", dernier film du Lituanien Mantas Kvedaravicius tué dans un bombardement en Ukraine en tentant de quitter la ville-martyre assiégée par les Russes, d'où il documentait la guerre.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Image de "Mariupolis 2", dernier film du Lituanien Mantas Kvedaravicius, tué dans les bombardements russes à Marioupol.  (DR)

Ce film qui a failli ne jamais exister, "donne à voir la vie qui continue sous les bombes" et compile les images tournées par le documentariste lituanien, selon les termes du Festival. Mantas Kvedaravicius est mort fin mars dans un bombardement de l'armée russe.

Un témoignage rare montré alors que des centaines de militaires ukrainiens retranchés dans l'aciérie Azovstal (ultime poche de résistance à Marioupol face à l'armée russe) sont en train de se rendre.

Mantas Kvedaravicius avait déjà tourné un premier film à Marioupol, pendant la guerre du Donbass. Il y était retourné, après l'invasion russe en Ukraine de février dernier, "pour retrouver les personnes qu'il avait rencontrées et filmées entre 2014 et 2015".

"Tirs et bombardements incessants"

Sans voix off, ni musique, ce nouveau documentaire alterne entre longs plans montrant des paysages de désolation et scènes de la vie quotidienne d'habitants tentant de survivre, certains réfugiés dans le sous-sol d'une église. Le film les montre prenant l'air, cuisinant ou tentant des expéditions dans des quartiers détruits, pour récupérer nourriture ou objets comme un générateur d'électricité. Les bruits de tirs et de bombardements sont incessants au cours des 1h45 du film.

Si la mort est peu présente à l'écran, dans une scène, un homme dans le sous-sol de l'église évoque le "théâtre", dans lequel s'étaient abrités des femmes et des enfants avant d'être bombardé en mars, et le sort du site d'Azovstal.

Le film a été ajouté à la dernière minute par les organisateurs du Festival, qui avaient promis une 75e édition où l'Ukraine serait "dans tous les esprits" et déjà marquée lors de la cérémonie d'ouverture par l'intervention, depuis Kiev, du président et ancien acteur Volodymyr Zelensky.

Après la mort du documentariste, confirmée début avril, "sa fiancée, Hanna Bilobrova, qui l'accompagnait, a pu rapporter les images tournées là-bas et les assembler avec Dounia Sichov, la monteuse de Mantas", a précisé le Festival.

L'Ukraine sera présente via d'autres réalisateurs de ce pays: The Natural History of Destruction de l'habitué Sergei Loznitsa, sur la destruction des villes allemandes par les Alliés pendant la Seconde guerre mondiale (en séance spéciale) et deux premiers films: Butterfly Visions de Maksim Nakonechnyi (Un Certain Regard) et Pamfir (Quinzaine des réalisateurs) de Dmytro Sukholytkyy-Sobchuk.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Festival de Cannes 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.