Festival de Cannes 2024 : entre Broadway et Hollywood, retour en cinq étapes sur la carrière de Richard Gere

Le comédien monte les marches du festival, vendredi, avec l'équipe de "Oh, Canada" de Paul Schrader.
Article rédigé par Maryame Bellahcen
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 5 min
L'acteur Richard Gere à l'occasion d'une conférence de presse en soutien au Tibet, en 2023, à Washington (États-Unis). (NATHAN POSNER / ANADOLU AGENCY / AFP)

Dans le monde de Hollywood, où charisme et talent s'entremêlent, peu de noms résonnent dans l'esprit des cinéphiles autant que celui de Richard Gere. Né le 31 août 1949 à Philadelphie, en Pennsylvanie, l'acteur est devenu une icône du cinéma, connue pour sa présence magnétique à l'écran, sa polyvalence et son élégance durable. Il montera les marches du Palais du festival vendredi 17 mai.

Avec une carrière qui s'étend sur plus de quarante ans, le parcours de Richard Gere, de ses débuts au théâtre à la célébrité internationale, a laissé une marque indélébile sur le paysage cinématographique.

Penchons-nous sur la vie et la carrière de Richard Gere, en explorant les étapes de sa carrière aux multiples facettes et son héritage à Hollywood.

1Premiers pas à Broadway

Au début de sa carrière d'acteur, les graines de son talent ont été semées sur les scènes de Broadway. Déjà jeune prometteur, Richard Gere fait ses premiers pas professionnels en 1969 au Seattle Repertory Theatre et au Provincetown Playhouse à Cape Cod. Cependant, c'est son rôle dans la version originale de 1973 de Grease dans le West End de Londres qui a marqué sa première grande percée théâtrale.

Richard Gere est entré dans l'histoire en étant l'un des premiers acteurs hollywoodiens à interpréter un personnage homosexuel à Broadway dans la production de 1979 de Bent, ce qui lui a valu son premier Theater World Award. Ce geste courageux pour l'époque a donné le ton d'une carrière.

2Transition vers Hollywood

Au début de sa carrière hollywoodienne, au milieu et à la fin des années 1970, Richard Gere a connu à la fois des revers et des triomphes. Bien qu'il ait d'abord été choisi pour le rôle principal du film Les Mains dans les poches en 1974, un conflit avec son partenaire, Sylvester Stallone, a conduit à son remplacement.

Richard Gere dans "Looking for Mr. Goodbar" de Richard Brooks, en 1977. (PHOTO12.COM / COLLECTION CINEMA / AFP)

Sans se décourager, la résistance et le talent indéniable de Gere l'ont propulsé ensuite sous les feux de la rampe avec des rôles remarquables dans des films comme Looking for Mr. Goodbar (1977) et le magistral Days of Heaven (1978) de Terrence Malick.

3La révélation avec "American Gigolo" et "Pretty Woman"

C'est le film American Gigolo (1980) qui a propulsé Richard Gere au rang d'acteur principal, de star, et l'a conforté dans sa position de sex-symbol de l'époque. Ses rôles ultérieurs dans des superproductions comme Un officier et un gentleman (1982) aux côtés de Debra Winger l'ont catapulté au rang de superstar et lui ont valu des récompenses et des nominations, notamment une nomination au Golden Globe du meilleur acteur.

Richard Gere en 1980 dans "American Gigolo" de Paul Schrader. (7E ART / PARAMOUNT PICTURES)

Après une période relativement calme dans les années 1980, Richard Gere est revenu sur le devant de la scène dans les années 1990 avec le film Internal Affairs (1990), acclamé par la critique, et la comédie romantique révolutionnaire Pretty Woman (1990), dans laquelle il partage l'affiche avec Julia Roberts, révélée au grand public avec ce film. Cette histoire d'amour mythique entre un businessman et une prostituée est non seulement devenue une réussite au box-office, mais il a également valu à Richard Gere sa deuxième nomination aux Golden Globes.

4Passage vers les projets indépendants

Les décennies suivantes ont vu le succès continu de Richard Gere avec des films comme Sommersby (1993), Primal Fear (1996) et Runaway Bride (1999). L'apogée est atteint en 2002 lorsqu'il remporte son premier Golden Globe pour son rôle dans l'adaptation cinématographique de la comédie musicale Chicago, sorti en 2002, avec au casting Catherine Zeta-Jones et Renée Zellweger. Les années suivantes ont été marquées par divers projets, dont le film I'm Not There (2007), acclamé par la critique, dans lequel Gere incarne une version de Bob Dylan.

Richard Gere dans "I'm Not There" en 2007 de Todd Haynes. (ARCHIVES DU 7EME ART / AFP)


La présence de l'acteur à Hollywood a évolué au fil du temps, ses projets indépendants faisant souvent de l'ombre aux productions des grands studios. Son engagement dans son métier, associé à son franc-parler politique, a façonné un récit unique dans la suite de sa carrière. Notamment, les performances de Richard Gere dans des films indépendants comme Arbitrage (2012) ont continué à captiver le public et les critiques.
Au-delà du grand écran, ses prouesses artistiques s'étendent à la musique, avec des contributions telles que la composition et l'interprétation du thème pour piano de Pretty Woman et un solo de guitare dans Runaway Bride.

5Richard Gere, acteur et philanthrope

Au-delà des paillettes et du glamour de Hollywood, Richard Gere apparaît comme un défenseur des droits de l'homme et un activiste de la philanthropie, défendant des causes qui s'étendent à toute la planète. Lorsque Richard Gere est arrivé à la cérémonie des Oscars en 1993, il était loin de se douter que cette soirée aurait des répercussions sur sa carrière plus de vingt ans plus tard.

Invité à remettre le prix de la meilleure direction artistique, il a sauté l'étape du script pour dénoncer dans son discours l'occupation du Tibet par la Chine et "l'horrible, horrible situation des droits de l'homme". Gil Cates, le producteur de l'émission, était furieux, qualifiant les discours politiques de cette année-là – Susan Sarandon et Tim Robbins s'étaient également écartés du script pour parler de la situations des réfugiés haïtiens – de "déplaisants et malhonnêtes" et promettant de les bannir tous les trois des futures éditions des Oscars.

En tant que défenseur des droits de l'homme au Tibet, Richard Gere est à l'avant-garde de la contestation en tant que cofondateur de Tibet House U.S., démontrant ainsi son engagement inébranlable pour la préservation de la culture tibétaine. Malgré l'interdiction permanente d'entrer sur le territoire de la République populaire de Chine en raison de son soutien au mouvement pour l'indépendance du Tibet, l'acteur reste fidèle à son engagement et utilise son influence pour mettre en lumière les luttes auxquelles est confronté le peuple tibétain. Il s'est converti en 1982 au bouddhisme.

La carrière de Richard Gere et son influence sur Hollywood vont bien au-delà du grand écran. Son parcours a été marqué par son activisme et engagement social. De ses premiers rôles à ses performances emblématiques, il a gravé son nom dans les annales de l'histoire du cinéma américain, faisant de son retour sur les marches de Cannes, un moment attendu.

Découvrez nos grilles de mots fléchés exclusives sur le thème du Festival de Cannes

jouer maintenant

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.