Festival de Cannes : ce qu'il faut surveiller

La 67e édition du festival de Cannes s'ouvre avec la projection de "Grace de Monaco". Francetv info vous indique les événements à ne pas manquer pendant les dix jours de festivités cannoises.

L\'acteur italien Marcello Mastroianni prête son image à l\'affiche de cette 67e édition du festival de Cannes.
L'acteur italien Marcello Mastroianni prête son image à l'affiche de cette 67e édition du festival de Cannes. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Une apparition de Dominique Strauss-Kahn, Afida Turner sur le tapis rouge, des coups de feu sur le plateau du "Grand Journal"... le festival de Cannes a connu l'an passé son lot de surprises. Cette nouvelle édition ne devrait pas déroger à la règle. Francetv info vous donne cinq raisons de garder un œil sur ce 67e événement cannois.

1La polémique "Grace de Monaco"

Nicole Kidman dans le rôle de Grace de Monaco, dans le film d\'Olivier Dahan.
Nicole Kidman dans le rôle de Grace de Monaco, dans le film d'Olivier Dahan. (LILO/SIPA)

C’est sans aucun doute le film dont on parle le plus en ce premier jour de festival. Le très attendu Grace de Monaco, réalisé par Olivier Dahan, est le film d’ouverture de cette 67e édition. Nicole Kidman y interprète le rôle de l’actrice américaine Grace Kelly, au moment de son mariage avec le prince Rainier de Monaco. Avant même de l'avoir vu, la famille Grimaldi a qualifié le film de "détournement" réalisé "à des fins purement commerciales". Stéphanie de Monaco, la fille de Grace de Monaco, a même appelé au boycott du film : "J'espère que les photographes poseront leurs appareils, comme ça s'est déjà fait par le passé, lorsque l'équipe du film montera les marches", a-t-elle déclaré, selon le Huffington Post.

2Les surprises sur le tapis rouge 

L\'actrice italienne Sophia Loren au festival de Cannes, en 1964.
L'actrice italienne Sophia Loren au festival de Cannes, en 1964. (AFP FILES)

Comme chaque année, on pourra compter sur la présence de quelques grandes personnalités sur la Croisette. La plus attendue est sans doute Sophia Loren, invitée d’honneur de la sélection Cannes Classics, qui met des films anciens en compétition. En 1961, l’actrice italienne avait reçu le prix d’interprétation féminine pour son rôle dans La Ciociara (La Paysanne aux pieds nus). On peut aussi espérer apercevoir Clint Eastwood le jour de la remise des prix, puisque Pour une poignée de dollars, western culte sorti en 1964 et dans lequel il tient le rôle principal, a été choisi pour clôturer le festival.

On peut également s’attendre à un show, dimanche 18 mai, avec la venue des acteurs de The Expendables (dont Sylvester Stallone, Harrison Ford, Mel Gibson et Arnold Schwarzenegger), en promotion pour leur film d’action, non sélectionné pour le festival. Selon Deadline London, les acteurs donneront une conférence de presse à l’hôtel Carlton… où ils se rendront en char d’assaut. 

3Lambert Wilson en maître de cérémonie

Lambert Wilson, peu avant la cérémonie d\'ouverture du 67e festival de Cannes, mercredi 14 mai 2014.
Lambert Wilson, peu avant la cérémonie d'ouverture du 67e festival de Cannes, mercredi 14 mai 2014. (EKATERINA CHESNOKOVA / RIA NOVOSTI)

On n’avait pas vu un homme tenir le rôle de maître de cérémonie depuis Edouard Baer en 2008 et 2009. Avant lui, seul Vincent Cassel avait occupé "le poste", en 2006. Lambert Wilson devra donc ouvrir et clore le festival cette année, alors que ses propos sur la polémique autour de Christiane Taubira et de La Marseillaise ont été remarqués. Invité de RTL mardi 13 mai pour parler de Cannes, l'acteur est "volontairement revenu sur la polémique Taubira", relate le site de la radio.

La garde des Sceaux s'est attirée de vives critiques de la part de l'opposition pour n'avoir pas chanté La Marseillaise lors de la commémoration de l'abolition de l'esclavage, samedi. Qualifiant les paroles de l'hymne français de "sanguinaires", "racistes" et "xénophobes", Lambert Wilson s'est déclaré "extrêmement énervé que personne ne dise qu'il est temps de changer les paroles de La Marseillaise, qui sont d'un autre temps".

4Depardieu et le spectre de DSK

Dominique Strauss-Kahn accompagné de Myriam L\'Aouffir, le 25 mai 2013, au festival de Cannes.
Dominique Strauss-Kahn accompagné de Myriam L'Aouffir, le 25 mai 2013, au festival de Cannes. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Depuis l’affaire du Sofitel de New York, le spectre de Dominique Strauss-Kahn plane sur la Croisette. En 2011, le scandale éclate en plein festival, et mobilise l’attention médiatique. L’an dernier, la bande-annonce de Welcome to New York est dévoilée dans les premiers jours du festival, alors que DSK foule le tapis rouge.

L'ancien patron du FMI pourrait de nouveau être l'un des sujets de discussion favoris des festivaliers. Welcome to New York, le film d'Abel Ferrara inspiré de l'affaire DSK, a longtemps été pressenti pour figurer dans la sélection officielle du festival. Le film est finalement absent de la compétition, mais il sera proposé dès samedi 17 mai sur internet en vidéo à la demande (VOD). Pour l’équipe du film, cette démarche est un moyen de lutter contre le piratage. C’est aussi une protestation contre la réglementation française, qui impose d’attendre quatre mois après la sortie d’une œuvre pour la diffuser en vidéo. Le film, dans lequel Gérard Depardieu joue un personnage inspiré de Dominique Strauss-Kahn, sera quand même diffusé dans plusieurs cinémas de Cannes dans le cadre du Marché du film, un événement parallèle au festival.

Gérard Depardieu se rendra malgré tout à Cannes dimanche, pour présenter en avant-première un film sur l'histoire du Mondial de football, d’après Le Parisien.

5 Les petits nouveaux de la sélection

Le réalisateur canadien Xavier Dolan, au festival de Cannes, le 19 mai 2012.
Le réalisateur canadien Xavier Dolan, au festival de Cannes, le 19 mai 2012. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Exceptionnellement cette année, la Palme d’or sera remise un samedi, pour éviter que les élections européennes du dimanche ne monopolisent l’attention médiatique (ou que le festival de Cannes ne monopolise l’attention au profit des élections). Beaucoup d’anciens du festival ont été sélectionnés pour succéder à la Palme d’or de l’an dernier, décrochée par Abdellatif Kechiche pour la Vie d’Adèle. Parmi eux, les frères Dardenne (dont Deux jours, une nuit est le septième film consécutif à intégrer la sélection du festival), Ken Loach (qui avait reçu la Palme d’or en 2006 pour Le Vent se lève), ou Jean-Luc Godard (qui en est lui aussi à sa septième sélection).

Quelques petits nouveaux pourraient cependant tirer leur épingle du jeu, et défier les filmographies certes impressionnantes de leurs aînés. Alice Rohrwacher, jeune réalisatrice italienne déjà sélectionnée pour la Quinzaine des réalisateurs en 2011, présente cette année son troisième film, Le Meraviglie. Très attendu même s’il n’est pas étranger au festival, Xavier Dolan fait cette année son entrée dans la sélection officielle du festival avec Mommy. L’acteur Ryan Gosling présente quant à lui son premier long métrage, Lost River, dans la catégorie Un certain regard. Fin du suspense dans dix jours.