Festival de Cannes 2021 : de Louis Garrel à Cyril Dion, sept films pour une sélection spéciale climat

Le Festival de Cannes, du 6 au 17 juillet, met en oeuvre cette année une série d'engagements pour réduire son empreinte environnementale 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le désert africain, en 2021 (MARCO VALENTINI / BIOSPHOTO)

Le Festival de Cannes a dévoilé vendredi 18 juin les sept films d'une "sélection éphémère" spéciale climat destinée à "incarner cinématographiquement" l'engagement pour l'environnement du festival, qui se tient du 6 au 17 juillet.

"En 2021, les prises de conscience et la défense de la planète se jouent aussi au cinéma", écrivent les organisateurs du festival, qui met en oeuvre cette année une série d'engagements pour réduire son empreinte environnementale (voitures électriques, contribution climat pour les accrédités, baisse de l'utilisation de papier).

Fable d'anticipation, documentaires

Parmi les films qui seront présentés sur les écrans de la Croisette, le troisième film de Louis Garrel, La Croisade, avec notamment Laetitia Casta, une "fable d'anticipation" où les enfants "prennent le pouvoir pour protéger la planète". Le scénario a été co-écrit avec Jean-Claude Carrière, décédé en février 2021.

Les autres films sont des documentaires. Six ans après le succès de Demain, le militant Cyril Dion récidive avec Animal, qui suit "deux adolescents engagés" contre l'effondrement de la biodiversité.

L'actrice et réalisatrice Aïssa Maïga, auteure de Regard Noir sur la représentation des femmes noires à l'écran, se penche sur les conséquences du réchauffement climatique dans un village du Niger, dans Marcher sur l'eau.

Sont également sélectionnés La Panthère des Neiges de Marie Amiguet, sur l'expédition au Tibet qui donné lieu au livre du même nom de Sylvain Tesson (prix Renaudot 2019), et Bigger than Us, un documentaire de Flore Vasseur, co-produit par Marion Cotillard, sur de jeunes activistes.

Le Festival présentera aussi un documentaire indien Invisible Demons de Rahul Jain, un "constat effrayant sur la pollution" à New Delhi, et un film du Chinois Zhao Liang I Am So Sorry, voyage de Tchernobyl à Fukushima sur les dangers du nucléaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.