A Douarnenez, le Festival de cinéma braque son objectif sur les peuples et les luttes en Grèce

Pour sa 43e édition, le Festival de cinéma de Douarnenez met le cap sur la Grèce. Confronté depuis plusieurs années à une crise économique et migratoire sans précédent, le pays dévoile ses failles à travers films, expositions et conférences. A découvrir jusqu'au 28 août.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Christiane Vollaire et Philippe Bazin auteurs de l'expo "Un archipel des solidarités - Grèce 2017-2020". (France 3 Bretagne / G. Bron)

Cet été encore, la Grèce a été l'une des destinations touristiques plébiscitées par les Français. Mais derrière l'image de carte postale, le pays offre une toute autre réalité. Secoué depuis plusieurs années par une crise économique inédite, l'état européen est confronté à des défis immenses : de la crise migratoire au sort de ses minorités en passant par les incendies qui ont ravagé des milliers d'hectares ces dernières semaines : la question grecque est au centre de cette 43e édition du Festival de cinéma de Douarnenez.

Une vingtaine de projections par jour dans cinq salles et cinémas, des expositions partout dans la ville, sans parler des conférences et des débats... Pendant une semaine, Douarnenez, dans le Finistère, vibre au rythme de son Festival de cinéma. Depuis plus de 40 ans, la manifestation interroge sur le monde et ses enjeux. Des enjeux politiques, sociaux mais aussi environnementaux. Hasard de l'actualité, alors que les organisateurs avaient déjà choisi la Grèce comme fil rouge de sa 43e édition (annulée en 2020 et reportée cette année), le pays faisait la une de tous les médias en raison des violents incendies qui ont détruit 100 000 hectares ces dernières semaines. Une catastrophe qui rappelle une réalité implacable : notre maison brûle. Et pas seulement au sens littéral du terme.

La Grèce, un pays en feu

Depuis 2015, la Grèce, une des principales portes d'entrée maritimes de l'Europe, est confrontée à une vaque migratoire sans précédent. Les malheureux en provenance d'Afrique ou du Moyen-Orient affluent. En première ligne, l'île de Lesbos et son tristement célèbre camp de Moria. C'est ici que la philosophe Christiane Vollaire et le photographe Philippe Bazin ont enquêté pendant trois ans. De cette exprience est née un livre Un archipel des solidarités - Grèce 2017-2020  et aujourd'hui, une exposition qui rassemble témoignages et portraits de ces réfugiés réduits, selon Christiane Vollaire, à l'état de "subalternes et d'éternelles victimes" par des autorités politiques qui ne leur laissent pas l'opportunité de "prendre le pouvoir sur leur propre vie". Une interprétation forte qui transparaît dans les clichés de Philippe Bazin, à découvrir à la salle des Halles. 

Le 43e Festival de cinéma de Douarnenez se poursuit jusqu'au 28 août.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Documentaires

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.