Gérard Depardieu, mis en examen pour viols, "conteste fermement" et doit être "considéré comme présumé innocent", affirme son avocat Hervé Temime

Hervé Temime déplore l'écho public donné aux accusations qui visent son client, Gérard Depardieu, mis en examen le 16 décembre dernier dans une affaire remontant à l'été 2018, dans laquelle une comédienne d'une vingtaine d'années affirme avoir été violée à deux reprises au domicile parisien de l'acteur.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Hervé Temime, le 23 novembre 2020, à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

"Ce dossier n'a pas à être sur la place publique", affirme mercredi 24 février sur France Inter Hervé Temime, l'avocat de Gérard Depardieu. L'acteur a été mis en examen le 16 décembre dernier, pour viols et agressions sexuelles, dans une affaire remontant à l'été 2018. Une comédienne d'une vingtaine d'années affirme avoir été violée à deux reprises au domicile parisien de l'acteur.

"S'il y a une affaire où la présomption d'innocence a plus de sens que jamais, c'est celle-ci", souligne Hervé Temime. L'enquête "très complète, a fait l'objet d'un classement sans suite", précise l'avocat. Cela signifiait pour le parquet "qu'il n'y avait pas lieu à poursuivre Gérard Depardieu". Hervé Temime "déplore" l'écho public donné au dossier.

"Nous étions dans une situation assez exceptionnelle où pendant deux mois, aucune information n'avait filtré. C'est une bonne chose. La justice n'a pas à être rendue sur la place publique."

Hervé Temime

à France Inter

L'avocat rappelle qu'un magistrat instructeur est "en charge de ce dossier", qu'il y a "une plaignante qui est partie civile et qui a tous ses droits". Et il y a son client Gérard Depardieu "qui conteste fermement ces faits et qui a le droit d'être défendu et qu'on doit considérer comme présumé innocent". "Je ne me livrerai absolument pas à une défense publique de Gérard Depardieu", ajoute Hervé Temime. "Laissons travailler la justice et respectons les droits de chacun."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.