Conflit social à Hollywood : le syndicat des acteurs accepte de prolonger les négociations avec les studios

La Screen Actors Guild (SAG-AFTRA), syndicat réunissant les acteurs aux Etats-Unis, a accepté de continuer à négocier avec les studios jusqu'au 12 juillet. A l'instar des scénaristes, les comédiens menacent de se mettre en grève. Un tel mouvement social serait une première depuis 1960 à Hollywood.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un membre de la Screen Actors Guild (SAG-AFTRA, syndicat des acteurs), au premier plan, soutient les grévistes de la Writers Guild of America (WGA, syndicat des scénaristes), lors d'une marche en prélude à un rassemblement à La Brea Tar Pits, à Los Angeles (Californie), aux Etats-Unis. (IRFAN KHAN / LOS ANGELES TIMES)

Le syndicat représentant 160 000 acteurs a accepté, vendredi 30 juin, in extremis de prolonger les négociations avec les studios hollywoodiens jusqu'au 12 juillet, évitant ainsi pour l'instant une grève. La convention collective des 160 000 acteurs représentés par la Screen Actors Guild (SAG-AFTRA) expirait à minuit, heure de Los Angeles (07H00 GMT samedi) mais elle a été prolongée jusqu'au 12 juillet à minuit, a indiqué le syndicat dans un communiqué.

Sursis

Il a précisé, en outre, qu'un embargo médiatique sur les négociations restait en vigueur jusqu'à cette date. La SAG-AFTRA a entamé de longues négociations avec des sociétés comme Netflix et Disney, mais à l'approche de l'échéance de minuit, les deux parties ont indiqué qu'elles continueraient à négocier. La profession craignait que les acteurs ne rejoignent les scénaristes en grève, un double mouvement social qui serait inédit à Hollywood depuis 1960, et qui pourrait mettre l'industrie à genoux. Les membres de la SAG-AFTRA, des stars aux figurants, ont approuvé par anticipation une action si les parties en négociation ne parvenaient pas à un accord.

Comme les scénaristes, les acteurs réclament de meilleures rémunérations pour lutter contre l'inflation et des garanties face aux bouleversements potentiels liés à l'usage de l'intelligence artificielle, comme le clonage vocal. Ils protestent notamment contre la baisse de leurs rémunérations "résiduelles", dues à chaque rediffusion d'un film ou d'une série, provoquée par le streaming.

De nouveaux contrats pour "faire face aux nouvelles technologies"

Conséquents lors d'un passage télévisé car basés sur le modèle publicitaire, ces émoluments sont bien moindres pour les plateformes, qui ne communiquent pas leurs chiffres d'audience. "Les revenus résiduels sont notre moyen de subsistance entre les projets", a souligné Shon Lange, un acteur qui a eu des petits rôles dans des séries comme "The Terminal List". Ils "mettent de la nourriture sur la table, ils permettent d'envoyer mon enfant à l'école. C'est donc très important."

Les acteurs peuvent geler non seulement les productions basées sur les scripts déjà terminés avant mai, mais aussi la promotion des blockbusters attendus en salle cet été comme Barbie, Oppenheimer,  ou encore Gran Turismo". Voire reporter la tenue en septembre des Emmy Awards, équivalents des Oscars pour la télévision. 

Cette semaine, des centaines d'acteurs célèbres, parmi lesquels Meryl Streep et Jennifer Lawrence, ont signé une lettre insistant sur la nécessité de faire grève, à moins que leur syndicat ne parvienne à un "accord transformateur". Selon ce document, l'industrie cinématographique américaine est à un "point d'inflexion sans précédent". "Nous avons besoin de moderniser nos contrats face aux nouvelles technologies", a expliqué à l'AFP Kim Donovan. Inquiète face à l'impact potentiel de l'intelligence artificielle, cette actrice de 52 ans espère voir les célébrités s'engager réellement en cas de grève. "Elles ont les voix les plus fortes, nous avons besoin de leur soutien."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.