Hugh Grant, du sex symbol british au mauvais garçon

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Cinéma : Hugh Grant, le charme et la séduction à l’anglaise
Cinéma : Hugh Grant, le charme et la séduction à l’anglaise Cinéma : Hugh Grant, le charme et la séduction à l’anglaise (France 2)
Article rédigé par France 2 - M.Buisson, F.Blevis, L.Pekez, T. Montgelaz, H. Cardon, F. Cardoen
France Télévisions
France 2
Coup de projecteur sur Hugh Grant, héros de la comédie romantique. L’acteur britannique accepte désormais, avec gourmandise, des rôles plus sombres.

Hugh Grant est venu présenter son dernier film, Donjons et Dragons : l'honneur des voleurs, à Paris. L’acteur est le roi de la comédie romantique, et un vrai sex-symbol à l’anglaise. Fils de bonne famille, il obtient son premier grand rôle en 1987, dans Maurice. Le succès lui tombe dessus avec Quatre mariages et un enterrement. Il est ensuite amoureux de Julia Roberts dans Coup de foudre à Notting Hill, puis interprète un goujat dans Le Journal de Bridget Jones. 

Un côté mauvais garçon 

Dans Love Actually, il joue un Premier ministre qui se lâche dans une scène devenue culte, souvent imitée mais jamais égalée. Cabotin sans perdre son flegme, Hugh Grant a inventé le sex-symbol british, sexy et décalé. Des traits de caractère qui ont plu à Thibault de Montalembert, la voix française de l’acteur depuis 20 ans. "Nos voix évoluent ensemble, c’est assez rigolo", observe-t-il.

Dans son dernier film, Donjons et Dragons, l’acteur joue un méchant, un sale type assoiffé de pouvoir. Son côté mauvais garçon ne date pas d’hier. En 1995, la police américaine l’a arrêté dans une voiture avec une prostituée. Puis en 2019, engagé contre le Brexit, il a insulté le Premier ministre Boris Johnson. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.