Démission de la direction des César : "Cette réaction est très saine" estime le producteur Marc du Pontavice

Pour le producteur Marc du Pontavice, l'académie des César "est contestée dans ses méthodes, en particulier le principe de cooptation".

Marc du Pontavice le 30 juillet 2013 à Paris.
Marc du Pontavice le 30 juillet 2013 à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

"C'est une réaction très saine, très bonne et très encourageante", a jugé Marc du Pontavice, producteur de J'ai perdu mon corps, film en lice dans trois catégories aux prochains César, après la démission collective de la direction de l'académie, à moins de 15 jours de la cérémonie. Marc du Pontavice est signataire de la tribune publiée sur le site du journal Le Monde lundi. Le texte signé par de nombreuses personnalités du 7e art, réclame une "réforme en profondeur" de l'académie

"Une transparence totale"

"C'est très sain parce que lorsque l'on est dans une institution qui est censée représenter l'intérêt général, que ce soit d'une profession ou du public, ce doit être d'une transparence totale", explique Marc du Pontavice. "Notre société n'accepte plus l'opacité, poursuit le producteur. Comme l'organisation est contestée dans ses méthodes, en particulier le principe de cooptation, je pense que cette réaction est très saine, très bonne et très encourageante. Pour lui, cela "montre que notre société est capable de forcer les institutions à la réforme quand elles ne répondent pas aux vœux de la société."

Il plaide pour "un système plus démocratique, qui procède plus par un système d'élections, que l'ensemble de la profession soit représentée dans ce conseil d'administration, il faut qu'il y ait une limitation dans le nombre de mandats". Il demande aussi "la communication des comptes", car "l'opacité génère de la suspicion et du fantasme", jugeant qu'il est important de retrouver la confiance.

Les douze nominations pour J'accuse, le film de Roman Polanski, "est un autre sujet" a déclaré le producteur, estimant que l'"académie des César n'est pas à ma connaissance coupable d'abus sexuels".