Cet article date de plus de sept ans.

"Casse-tête chinois" de Cédric Klapisch : comment la "génération Auberge espagnole" a grandi

Onze ans après le premier opus et huit ans après "Les Poupées russes", le réalisateur français termine sa trilogie générationnelle. Pour francetv info, six membres de la "génération Auberge espagnole" revisitent leur vie. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 8 min.
Cécile de France, Romain Duris, Kelly Reilly et Audrey Tautou dans une scène de "Casse-tête chinois" de Cédric Klapisch, en salle le 4 décembre 2013. (STUDIO CANAL)

On n'avait pas vu vieillir L'Auberge espagnole. Et pourtant, mercredi 4 décembre, Casse-tête chinois, le troisième volet de la saga emblématique de Cédric Klapisch, sort au cinéma, onze ans après le premier opus.

Dans Casse-tête chinois, Xavier (incarné par Romain Duris), étudiant en Erasmus à Barcelone dans L'Auberge espagnole, puis trentenaire dans Les Poupées russes en 2005, a maintenant 40 ans. Devenu père de deux enfants, il continue à avoir du mal à gérer sa vie, son travail et ses amours.

Depuis juin 2002 et la sortie de L'Auberge espagnole, ils sont nombreux à s'être identifiés à Romain Duris, Cécile de France, Audrey Tautou, Kelly Reilly... Partis en échange universitaire avec Erasmus, ils ont découvert la colocation, les fêtes, les chocs culturels, les histoires d'amour. Comme les personnages de Klapisch, ils ont aujourd'hui bien grandi. Pour francetv info, six membres de la "génération Auberge espagnole" revisitent leur vie.

Erasmus, un rite initiatique

Si le programme d'échange européen Erasmus a été créé en 1987, c'est le film de Cédric Klapisch qui l'a réellement popularisé en France. "L'année qui a suivi L'Auberge espagnole, il y a eu deux fois plus de demandes en France pour faire Erasmus. Je ne pouvais pas l'imaginer ! s'étonne encore le réalisateur, interrogé par francetv info. Encore aujourd'hui, on m'arrête dans la rue pour me dire : 'Je suis allé faire des études à l'étranger grâce à L'Auberge espagnole'."

Dans "L'Auberge espagnole", Xavier (Romain Duris) part à Barcelone pour terminer ses études d’économie et apprendre l’espagnol. (BAC FILMS)

Ce film a changé la vie de Thomas. Lorsqu'il le voit à sa sortie, il n'a que 16 ans et est encore au lycée. "J'y ai découvert le concept d'Erasmus. C'est ce film qui a motivé mon envie de faire des études supérieures et mon départ à l'étranger, avec l'ambition de vivre la vie de Xavier, le personnage principal", nous confie le jeune homme. Son bac en poche, il choisit de faire des études d'ingénieur. Et s'assure de trouver une école où le séjour à l'étranger est prévu dans le cursus.

En 2008, il part pendant six mois suivre des cours en Californie. Comme dans L'Auberge espagnole, il vit en colocation avec deux Allemands et un Américain. "On vit la même chose que Xavier dans le film, on apprend le vivre-ensemble et on se confronte aux différences culturelles." Un "effet de miroir" souhaité par Cédric Klapisch, qui réalise ses films "après avoir observé des choses de la vie réelle". "C'est normal que les gens se reconnaissent dans les personnages, confirme Romain Duris. C'est générationnel parce que Klapisch sait très bien décrire la vie des gens telle qu'elle est."

Dans "L'Auberge espagnole", la colocation réunit l'Anglaise Wendy, l'Italien Alessandro, l'Espagnole Soledad, le Danois Lars, l'Allemand Tobias et la Belge Isabelle. (BAC FILMS)

Jean-Sébastien est parti en Erasmus en 2002 et 2003 : six mois à Dublin, en Irlande, puis six mois à Barcelone. "A Barcelone, on avait seulement 10 heures de cours par semaine. Donc on a bossé les deux dernières semaines, le reste du temps on est sortis, on a fait la fête. Comme dans le film", raconte le jeune homme, aujourd'hui âgé de 35 ans. "J'étais censée faire mon mémoire l'année de mon Erasmus, mais je n’ai pas fait grand-chose…" témoigne Marion, partie à Nottingham (Angleterre) en 2003 pour sa maîtrise de sociologie. Fêtes Erasmus, pubs et découverte du pays… Finalement, le mémoire sera rendu avec un an de retard. Et, comme les héros de L'Auberge espagnole, Marion a vécu la "confrontation aux autres". "Exactement comme dans le film, quand le frère de la coloc anglaise, Wendy, rappelle à l'Allemand le passé nazi de son pays. Nous aussi, nous avons eu la visite du frère d'un coloc qui s'est avéré être un peu lourd."

Toutefois, elle nuance une "vision idyllique" de l'aventure Erasmus. "Déjà, tout le monde ne peut pas se permettre de partir. Et sur place, on n'avait pas de thunes. On ne pouvait pas faire grand-chose, la bourse Erasmus est ridicule, nos repas se limitaient souvent à des chips… Dans L'Auberge espagnole, ce n'est pas le problème des personnages, constate Marion. Même si c'est vrai que l'on garde les bons souvenirs à la fin."

L'amour, l'amour, l'amour

Au delà des fêtes, de la bande d'amis, le fil rouge des trois films de Cédric Klapisch reste les relations amoureuses qui se font et se défont. Clémence, 29 ans, a étudié en 2005 la civilisation anglo-saxonne pendant huit mois à Calgary, au Canada. "On est là pour une période courte, donc tout est plus intense, témoigne la jeune femme. On est loin de ses amis et de sa famille et on veut découvrir de nouvelles personnes, donc on fonce." Naturellement, elle se fait beaucoup d'amis dans la résidence universitaire réservée aux étudiants étrangers où elle vit au Canada. Parmi eux, un Allemand. Entre elle et lui naît une histoire d'amour.

Pour ne pas se séparer après les huit mois d'études, Tobias, le petit ami de Clémence, réussit à décrocher un échange en Erasmus à Paris et les tourtereaux s'installent dans la capitale. Le couple se marie en 2010 et déménage à Munich, en Allemagne, la même année. Ils ont aujourd'hui un petit garçon d'un an.

Xavier (Romain Duris) et Isabelle (Cécile de France), dans "L'Auberge espagnole".  (BAC FILMS)

Pendant leur séjour à l'étranger, d'autres se contentent de batifoler, mais en gardent de bons souvenirs. Comme dans L'Auberge espagnole, le séjour en Erasmus est propice aux aventures. Passé par Dublin et Barcelone, Jean-Sébastien évoque dans un sourire certaines de ses colocataires, "devenues des amies et parfois des maîtresses".

Etudiante en droit, partie à Newcastle (Angleterre) en 2001, Prune se souvient d'y avoir découvert "le charme de l'amour avec des différences culturelles… et les grands blonds !" Résultat : la jeune femme a quitté son petit ami français de l'époque pour "un magnifique Autrichien". Exactement comme Romain Duris qui quitte Audrey Tautou dans L'Auberge espagnole. "Sauf que moi, je ne suis plus jamais ressortie avec un Français", rigole Prune, 32 ans aujourd'hui.

Partir, revenir, repartir…

Barcelone, Saint-Pétersbourg, New York… Pour Cédric Klapisch, chaque film est conçu "comme une invitation au voyage", reflet, selon lui, d'une génération "partie en Erasmus et qui voyage". A l'image des personnages de sa trilogie, perpétuellement en vadrouille, certains prolongent les voyages, encore et encore. L'échange universitaire ayant une fin, on trouve des stratagèmes pour ne pas rentrer.
 
C'est le cas de Prune. Après avoir obtenu son master de droit, elle s'inscrit en faculté de langues étrangères appliquées car elle veut "absolument repartir". Ce nouveau cursus lui permet de vivre trois mois en Espagne. Puis elle fait un stage à Budapest, en Hongrie. "Il y avait un côté très illusoire, je cherchais à recréer cette bulle d'insouciance et de liberté", raconte la jeune femme en évoquant le "virus de la vie à l'étranger". Rentrée à Paris en 2005, elle travaille pour un site web consacré à l'actualité européenne et qui réunit des journalistes de différentes nationalités, "pour ne pas être dépaysée".
Dans les "Poupées russes", sorti en 2005, les protagonistes de "L'Auberge espagnole" ont désormais 30 ans et se retrouvent pour un mariage à Saint-Pétersbourg (Russie). (STUDIO CANAL)
Après trois ans passés dans la capitale, Prune repart : destination Berlin, où elle travaille pour des médias français. "Vivre à l'étranger permet de se développer en permanence", explique-t-elle. Aujourd'hui, elle n'est "plus tout à fait française, mais pas allemande non plus". Alors quoi ? "Bordélique, comme le héros de Klapisch", dit-elle en faisant référence à la réplique de Romain Duris dans L'Auberge espagnole : "Je suis français, espagnol, anglais, danois. Je ne suis pas un, mais plusieurs. Je suis comme l'Europe, je suis tout ça. Je suis un vrai bordel."
 
D'autres finissent par rentrer en France. C'est le cas de Thomas, notre étudiant ingénieur parti grâce au film de Klapisch. Après son séjour aux Etats-Unis, il veut prolonger l'expérience. Son diplôme en poche, il décroche son premier job en Allemagne. "En vivant dans une colocation plutôt festive, l'esprit Auberge espagnole se prolongeait", confie-t-il. Depuis, il est passé dans une "configuration Poupées russes". A 29 ans, il a choisi l'année dernière de rentrer en France pour vivre avec sa copine, restée à Paris. Même si, désormais, c'est "costard-cravate tous les jours", il ne regrette pas son choix.

La trentaine et ses questions existentielles

"Comme Xavier, on se pose des questions. Avec la trentaine qui approche, on imagine tout le package mariage, gamins et compagnie. Et puis on se demande si on veut rester avec la femme qu'on aime", raconte Thomas, qui n'a pas eu de mal à répondre à la question. Clémentine, partie en 2004 faire son Erasmus à Lisbonne, parle de "choix de vie". Pour elle, son séjour au Portugal a été une "parenthèse enchantée". "Les rencontres, les amours, tout est plus facile", raconte la jeune femme de 30 ans.
 
Clémentine s'est mariée en 2012 avec l'homme qu'elle aime depuis cinq ans. Collaboratrice d'élu politique en région parisienne, elle a accouché il y a neuf mois d'une petite fille. "Ce sont des choix et ils me rendent heureuse", précise-t-elle. Une vie finalement moins compliquée que celle des personnages de Klapisch. "Oui, et heureusement parfois, même si on passe tous par les questions existentielles qui concernent le travail, l'amour, l'engagement", estime Clémentine.
Dans les "Poupées russes", Xavier (Romain Duris) parvient à conquérir le cœur de Wendy (Kelly Reilly). (STUDIO CANAL)
"La vie va vers la complexité, comme un arbre qui grandit, confime Cédric Klapisch. Mais cette complexification n'est pas un problème, c'est une chance… C'est ce que Xavier réalise à la fin de Casse-tête chinois."Le temps qui passe, parfois ça a du bon, complète Audrey Tautou, aujourd'hui âgée de 37 ans. On n’a pas les mêmes désirs, les mêmes problèmes. Mais, comme dirait mon personnage, Martine, ‘c’est compliqué, c’est normal’."
 
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.