VRAI OU FAKE "Avengers : Endgame" a-t-il vraiment battu tous les records au box-office ?

Le blockbuster des studios Marvel totalise plus de 2,79 milliards de dollars de recettes dans le monde. Mais ce succès planétaire est à relativiser.

Une femme passe devant une pancarte promotionnelle pour le film \"Avengers : Endgame\" dans un un cinéma de Yichang, en Chine, le 13 mai 2019.
Une femme passe devant une pancarte promotionnelle pour le film "Avengers : Endgame" dans un un cinéma de Yichang, en Chine, le 13 mai 2019. (YI CHANG / IMAGINECHINA / AFP)

Le record a tenu une décennie entière. Mais il a fini par tomber. Avengers : Endgame a détrôné Avatar. En générant plus de 2,79 milliards de dollars de recettes en deux mois, la surpuissante escouade de super-héros des studios Marvel a éjecté les extraterrestres bleus et écologistes de James Cameron de la première marche du podium hollywoodien. Mais le blockbuster a-t-il pour autant pulvérisé tous les records du box-office mondial ? Pas tout à fait.

En tête du box-office mondial

Captain America et ses acolytes règnent plus que jamais sur Hollywood. Avec plus de 2,79 milliards de dollars depuis sa sortie fin avril, Avengers : Endgame, 22e déclinaison de l'univers Marvel au cinéma, a relégué les Avatar et Titanic de l'ancien roi du box-office James Cameron aux deuxième et troisième rangs, avec respectivement 2,789 et 2,187 millards de dollars de recettes mondiales, selon le relevé de Box Office Mojo.

Deuxième plus gros succès aux Etats-Unis

Avengers : Endgame n'est cependant pas le plus gros succès d'un film hollywoodien aux Etats-Unis, selon les données de Box Office Mojo. Avec 854,2 millions de dollars de recettes sur le sol américain, le film de super-héros se classe deuxième, derrière Star Wars : Le Réveil de la Force, septième opus de la franchise créée par George Lucas, sorti en 2015, et ses 936,7 millions de dollars, mais devant Avatar, à 760,5 millions de dollars.

Bien placé à l'international mais pas premier

Comme la plupart des blockbusters, Avengers : Endgame engrange environ 70% de ses recettes hors des Etats-Unis. Mais au petit jeu du film hollywoodien ayant gagné le plus d'argent à l'étranger, Avatar lui tient encore la dragée haute. Les Na'vis ont empoché plus de 2 milliards de dollars hors du territoire américain, soit 93 millions de plus que Iron Man, Thor, Hulk et compagnie. Jack et Rose, les amants tragiques de Titanic, leur emboîtant le pas, avec 1,5 milliard de dollars de recettes depuis 1997.

Loin derrière en nombre d'entrées

A Hollywood, le succès d'un film n'est pas mesuré en nombre de places de cinéma  vendues, comme en France, mais en billets verts accumulés dans les tiroirs-caisses. En inversant le mode de calcul, Box Office Mojo aboutit à un palmarès bien différent. Car avec près de 85 millions d'entrées, Avengers : Endgame n'arrive qu'à la 16e place du classement entre Avatar et Star Wars : Le Retour du Jedi.

La première place est occupée par un film sorti en 1939 : Autant en emporte le vent. L'impossible histoire d'amour de Scarlett O'Hara et Rhett Butler sur fond de guerre de Sécession a séduit plus de 202 millions d'Américains, selon les estimations de Box Office Mojo. Avec quelque 178 millions de spectateurs, le premier volet de la saga Star Wars sorti en 1977 complète le podium, suivi par La Mélodie du bonheur et ses 142 millions de spectateurs depuis 1965.

A la traîne en tenant compte de l'inflation

Par ailleurs, un dollar de 1939 ne valait pas un dollar de 1977 et n'équivaut pas non plus à un dollar de 2019. Box Office Mojo a donc refait les calculs en tenant compte de l'inflation et abouti à une toute autre addition. Depuis 1939, Autant en emporte le vent a ainsi récolté plus de 1,8 milliard de dollars aux Etats-Unis, La Guerre des étoiles plus de 1,6 milliard et La Mélodie du bonheur près de 1,3 milliard. Avengers : Endgames arrive à la 16e place du classement, avec 854 millions de dollars de recettes sur le sol américain. 

Un marché beaucoup plus favorable en 2019

Le succès d'un film en 2019 peut-il être comparé à celui d'un autre sorti dix ans, voire vingt ans plus tôt ? Il est permis d'en douter, tant le marché a évolué. Il y a d'abord bien plus de salles aujourd'hui, fait observer le Washington Post. Aux Etats-Unis, Avengers : Endgame est ainsi projeté sur 4 660 écrans, quand Avatar devait se contenter de 3 460, soit 30% de moins. Rapporté au nombre de salles dans lequel il était exploité, le film de James Cameron a donc réalisé une bien meilleure performance – même si l'exploitation du blockbuster des studios Marvel n'est pas achevée.

D'autant que le marché asiatique a aussi explosé. En Asie, le nombre d'écrans de cinéma a bondi de 18% en un an, selon le rapport publié en 2016 par la Motion Picture Association of America (MPAA), l'association interprofessionnelle américaine qui défend les intérêts des six plus grands studios hollywoodiens. Il y avait ainsi près de 164 000 écrans en Asie contre environ 40 400 aux Etats-Unis.

La Chine détient désormais le premier parc de cinémas au monde ; déjà premier débouché commercial hors des Etats-Unis pour Hollywood, selon la MPAA, le pays était en passe de devenir le premier marché cinématographique mondial tout court en 2018, d'après Associated Press. Quand Avatar est sorti, il n'y avait dans le pays qu'un peu moins de 5 000 écrans. Le dernier épisode de Avengers, lui, a pu bénéficier d'un marché d'environ 60 000 écrans, selon Variety. Sans surprise, les super-héros y dominent le box office avec plus de 603 millions de dollars de recettes. Du jamais-vu pour la Chine, rapporte CNN.

Il faut enfin prendre en compte l'augmentation des prix des places de cinéma, souligne Box Office Mojo. Aux Etats-Unis, leur prix a augmenté de 20% en dix ans, passant de 7,50 dollars en moyenne en 2009 à un peu plus de 9 dollars en 2019. Des tickets encore renchéris par le supplément appliqué pour les projections en 3D, une technologie à laquelle les blockbusters se prêtent particulièrement.

"Comme les prix des tickets de cinéma connaissent une inflation spectaculaire chaque année, bien au-delà de l'économie générale, il est normal qu'Avengers dépasse Star Wars ou Le Seigneur des Anneaux", fait valoir sur France Culture le chercheur et journaliste Frédéric Martel. Et de conclure : "Si on annulait les effets de l'inflation, le succès serait bien moins grand."

Franceinfo est partenaire de la consultation "Comment les médias peuvent-ils améliorer la société ?" avec Make.org, Reporters d’Espoirs et plusieurs autres médias. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.