Avec Cociné, programmez votre propre séance de cinéma en salle avec le film de votre choix

Imaginez : c'est vous le boss de la salle de cinéma. Vous pouvez programmer n'importe quel film et le voir avec qui vous le souhaitez. Avec Cociné, le rêve est au bout du clic. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Une salle de cinéma en France en juin 2020. (STEPHANE FERRER YULIANTI / HANS LUCAS)

Comme toutes les bonnes idées, celle de Cociné a la simplicité de l'évidence. Comme pour la vidéo à la demande sur les plateformes de streaming, c’est vous qui choisissez le film que vous voulez vraiment voir. Sauf qu'avec Cociné cela ne se passe pas dans votre salon mais dans une salle de cinéma. Avec un confort d’image et de son irremplaçables. Quant au choix, il est illimité. Seule condition : être au moins dix (parfois davantage, selon les cinémas) à acheter chacun sa place à 8 euros pour que la projection ait lieu.

Imaginé au départ comme un projet scolaire d’entreprise par Xavier, Clément et Guillaume, trois jeunes anciens étudiants d’écoles normales supérieures qui ne souhaitent pas donner leurs noms de famille, ce concept dans l’air du temps manque encore de visibilité mais pourrait décoller sous peu.

Sur le site de Cociné, "il n’y a pas de catalogue ni de banque de films, on ne veut pas contraindre", nous explique Xavier. "On a juste mis des suggestions de films pour faciliter les créations de séances mais on veut vraiment laisser la liberté au spectateur.

L’idée c’est que c’est vous qui décidez, c’est vous qui savez ce que vous voulez voir, y compris des films auxquels on n’aurait jamais pensé.

Xavier de Cociné

à Franceinfo Culture

Cociné, mode d'emploi

Comment ça marche ? Imaginons que vous ayiez très envie de voir un long-métrage. Un classique ou un film très récent, un blockbuster ou une pépite underground. Pemière étape : rassembler des amis, des collègues ou des membres de votre association pour vous assurer que le nombre minimum de spectateurs requis par le cinéma vous suivra - chaque cinéma fixe son seuil minimum mais le principal partenaire de Cociné jusqu’à présent, le Studio Galande à Paris, a fixé ce seuil à 10 personnes.

S’il s’agit d’une séance privée, aucun spectateur venu de l’extérieur n’assistera à la séance avec vous. En revanche, s’il s’agit d’une projection publique, d’autres spectateurs intéressés pourront acheter leur place via Cociné. Vous avez alors tout intérêt à battre le rappel sur les réseaux sociaux pour maximiser vos chances d'aboutir.

Ensuite, chacun réserve sa place sur Cociné. Petit plus : le montant de 8 euros ne sera débité que si la séance a bien lieu au final. Lorsque le nombre de réservations requises est atteint, le cinéma vous propose des créneaux horaires et s’occupe d’obtenir le film auprès des distributeurs. Les deux s’entendent ensuite pour partager les recettes après un prélèvement de un euro par place par Cociné.

Une salle de cinéma française lors de la réouverture des cinémas en temps de pandémie de Covid-19 en juillet 2020. (SYSPEO/SIPA)

La politique des distributeurs

Mais si je veux un film rare ? "L’avantage c’est que tout est numérisé aujourd’hui", explique Xavier. "Certains distributeurs ont une politique de large diffusion de leurs films qui ont été amortis depuis longtemps, sortis dans les années 80, 90, voire 2000, comme Le Seigneur des anneaux, et dès lors ils considèrent que tout ce qui est à prendre en plus est intéressant. En revanche, d'autres distributeurs sont plus verrouillés, comme Disney par exemple, et préfèrent contrôler toute leur programmation. Enfin, certains distributeurs veulent 50% du prix du billet quel que soit le remplissage de la salle, et certains cinémas ne veulent pas descendre en dessous de 500 euros de recette par séance (soit 62 spectateurs environ)."

"On a lancé la machine avec des classiques à succès comme Le Seigneur des anneaux, OSS 117, Orange mécanique ou Le Parrain. Les spectateurs ont aussi programmé des petits films et des documentaires confidentiels comme L’esprit des lieux ou Les filles au Moyen-Age. Un homme a programmé une séance privée de Dirty Dancing pour l'anniversaire de sa femmeMais on a également projeté le plus récent Parasite, qui a fait salle comble", détaille Xavier.

L’avantage d’une projection au cinéma, c’est qu’on n’a pas de problème de chronologie des médias, on peut faire revenir en salle un film sorti il y a moins de six mois.

Xavier, co-créateur de Cociné

à Franceinfo Culture

La façade du Studio Galande, salle de cinéma indépendante d'art et essai à Paris 5e, le 8 septembre 2020. (LAURE NARLIAN)

Inversion de la demande

Le Studio Galande à Paris, une salle indépendante du quartier parisien de Saint-Michel connue pour ses projections régulières depuis 1972 de The Horror Picture Show, est leur premier partenaire. Cociné y propose actuellement une séance d’Apocalypse Now le 14 septembre à 20h et une autre de Titanic le 15 septembre à 20h. Parallèlement, la même salle est en phase d'obtention du film culte de Chantal Ackerman sur l'aliénation Jeanne Dielman, 23 Quai du Commerce, 1080 Bruxelles avec Delphine Seyrig, sorti en 1976. Et des séances potentielles de The Wall de Pink Floyd, Super Mario Bros ou Kung-Fu Master tentent de rallier d'autres spectateurs pour avoir lieu.

"Le Studio Galande, c’est la salle qui nous a permis de tester l’idée, de tester le site dès 2019", se souvient Xavier. "Mais depuis quelques mois nous cherchons à nous étendre dans le reste de la France et ça commence à prendre : une autre salle à Paris doit nous rejoindre, et d’autres à Lyon, Strasbourg, Rennes et Caen sont intéressées." L’objectif étant bien sûr d’avoir le plus possible de salles partenaires.

Dans un contexte de sinistrose pour les cinémas, et alors que la pandémie a provoqué une baisse record de fréquentation en salles de l’ordre de 75%, Cociné, qui propose des séances sur mesure, a d’évidence une carte à jouer. "C’est vrai que le contexte peut favoriser notre projet, d’autant qu’il risque d’y avoir un déficit de sorties de nouveaux films dans les prochains mois puisque beaucoup de tournages ont été suspendus ou abandonnés pendant le confinement", reconnaît notre interlocuteur.

"Mais le Covid-19 est conjoncturel et je crois beaucoup plus à quelque chose de structurel qui est l’inversion de la demande", analyse-t-il. "Avec Cociné, au lieu que ce soit le distributeur qui vous propose ce que vous allez voir, c’est vous le spectateur qui allez proposer. On voit de plus en plus d’algorithmes sur les plateformes qui font de la suggestion de contenus (Ceci vous a plu donc cela pourrait vous intéresser NDLR) et essayent de deviner les désirs des spectateurs. Nous, on va plus loin, on dit : on ne veut pas deviner, dites-nous ce que vous voulez voir."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.