Etats-Unis : un juge autorise les poursuites pour "trafic sexuel" envers Harvey Weinstein

Un juge new-yorkais a estimé qu'exiger des relations sexuelles avec une actrice en échange d'un rôle peut être considéré comme un "acte sexuel commercial".

Le producteur américain Harvey Weinstein à New York, le 9 juillet 2018.
Le producteur américain Harvey Weinstein à New York, le 9 juillet 2018. (MAXPPP)

Le juge new-yorkais Robert Sweet a autorisé les poursuites judiciaires accusant le producteur américain Harvey Weinstein d'avoir violé une loi fédérale sur le trafic sexuel en agressant sexuellement une mannequin dans une chambre d'hôtel à Cannes en 2014, rapportent plusieurs médias américains, mardi 14 août.

En novembre 2017, la mannequin britannique Kadian Noble a affirmé qu'Harvey Weinstein l'avait emmenée dans une chambre d'hôtel à Cannes pour lui faire passer une audition mais l'avait forcée à le masturber, détaille Variety (en anglais). Les avocats de Kadian Noble ont déclaré que cette situation était comparable à de la prostitution et du trafic sexuel. Les avocats du producteur ont tenté de rejeter la plainte en rétorquant que les faits ne constituaient pas un "acte sexuel commercial", car Kadian Noble n'allait de toutes façons recevoir aucune rétributioncommerciale lors de cette soirée.

Une affirmation rejetée par le juge Robert Sweet : "Pour une actrice en herbe, rencontrer un producteur de films de renommée mondiale a de la valeur en soi.", a-t-il précisé. Bien que l'affaire ne soit "pas un acte de trafic sexuel typique", les allégations établissent de manière plausible "que Weinstein a violé la loi fédérale sur la protection des victimes de la traite."