Le nouvel album d'Astérix, "Astérix et le Griffon", sortira le 21 octobre

Les Gaulois partent vers l'Est, entre Ukraine et Mongolie. Les éditions Albert-René et Hachette espèrent en vendre 5 millions d’exemplaires.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Couverture de la bande-dessinée "Astérix et le Griffon". (EDITIONS HACHETTE)

Le 39e album d’Astérix, Astérix et le Griffon, sortira le 21 octobre prochain, a annoncé lundi 11 octobre l'éditeur Hachette lors d'une conférence de presse. Ce sera le cinquième du duo Jean-Yves Ferri, l'auteur, et Didier Conrad, le dessinateur. C’est la première présentation d’un album d’Astérix en l'absence du dessinateur historique, Albert Uderzo, décédé le 24 mars 2020. Après la mort du scénariste René Goscinny en 1977, la série a été poursuivie par Uderzo, qui l'a lui-même confiée en 2011 au duo Ferri-Conrad. 

Le griffon, une créature légendaire des Sarmates

Ce nouvel album emmène les Gaulois vers l’Est, sur la trace des Sarmates, un peuple nomade méconnu de l'Antiquité qui vivait dans une zone allant de l’Ukraine à la Mongolie, en passant bien sûr par la Russie. Le griffon, mi-aigle, mi-lion, est le totem de ce peuple menacé dans ses croyances par la conquête des Romains et par Jules César.

Le scénario tourne autour de la confrontation entre l'armée romaine qui part en expédition pour capturer le fameux griffon, sur ordre de Jules César, et ces insaisissables Sarmates, avec lesquels sympathisent nos célèbres Gaulois. Ils s'aventurent à cheval dans des paysages enneigés, dans de grands espaces qui évoquent le western. "Les voyages d'Astérix, ça représente pas mal de pays déjà, explique Jean-Yves Ferri. Là c'est un pays froid. C'est nouveau, ça donne le ton de cet album qui se passe essentiellement dans la neige." où l'on retrouve la conquête, des batailles, un peuple autochtone et des animaux vénérés.

"On ressort de là avec l'impression d'avoir fait un long et beau voyage"

Anne Goscinny

franceinfo

Anne Goscinny, la fille de René Goscinny a apprécié la lecture : "Je suis très sensible au fait que les auteurs ont respecté ce que mon père et Albert Uderzo avaient mis en place : d'altérner une aventure dans le village et une aventure hors du village."

Houellebecq en Terinconus

Historiquement, "on ne sait pas grand-chose" sur les Sarmates, explique Jean-Yves Ferri. "Hérodote, Tite-Live en avaient parlé. C'étaient des Barbares, mais un peuple un peu mythique."  Les dessins de Didier Conrad empruntent à une certaine tradition russe, kazakhe ou mongole, et les noms des Sarmates se terminent tous en -ine (par exemple: Cékankondine). A noter, la création d'un trio de nouveaux Romains qui mènent les troupes : Dansonjus, Jolicursus, et Terinconus. Ce dernier, un géographe, ressemble à l'écrivain Michel Houellebecq et, avant de partir en expédition, il se renseigne sur "la carte et le territoire".

Hachette prévoit trois éditions : une "de base" est à 9,99 euros, une "de luxe" à 12,99 et une édition numérique. La maison d'édition espère vendre cinq millions d’exemplaires. Le dernier album, La Fille de Vercingétorix, s’est vendu à plus de cinq millions d’exemplaires, dont trois millions la première année – deux millions en France, un million à l’international.

Cette histoire est la dernière qu'a pu voir naître Uderzo. "Il n'avait pu vraiment connaître que les prémices du scénario et les premiers crayonnages", a souligné sa fille Sylvie Uderzo dans un message lu par la fille de Goscinny, Anne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Uderzo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.