L'auteur de BD Jean Graton, créateur de "Michel Vaillant" est mort

Jean Graton, "dernier monstre sacré de l’âge d’or de la BD franco-belge" est mort ce jeudi 21 janvier 2021 à Bruxelles à l’âge de 97 ans, entouré des siens, annoncent les éditions Dupuis.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
L'auteur de bande dessinée Jean graton, créateur de Michel Vaillant, le 14 janvier 2005 (HERWIG VERGULT / BELGA)

L'auteur de bande dessinée Jean Graton est mort à Bruxelles à l'âge de 97 ans le 21 janvier 2021 ont annoncé les éditions Dupuis. Jean Graton, créateur de Michel Vaillant, a "façonné une œuvre unique et admirable qui a émerveillé plusieurs générations de petits et grands lecteurs de bande dessinée", souligne le communiqué. 

Né le 10 août 1923 à Nantes en Loire-Atlantique, il est très tôt orphelin de mère et son père, dirigeant d'un club de moto qui l’élève seul, l’emmène assister, à l’âge de 14 ans à ses premières 24 Heures du Mans. Pendant la guerre, le père de Jean Graton est fait prisonnier par les Allemands. Alors âgé de 16 ans, il est contraint de travailler sur le chantier naval, où il passe un CAP d'ajusteur. 

Déclencheur de vocations

A 8 ans, son premier dessin était paru dans le journal belge Le Soir : "c'était mon papa réparant sa moto", racontait-il.  Passionné par le dessin et la bande dessinée, il décide de quitter la Bretagne pour la Belgique en 1947 et démarre sa carrière avec des dessins publicitaires avant d’être engagé en 1949 au journal Les Sports.

Il travaille ensuite pour l’agence World’s Press, installée dans la capitale belge. C'est dans cette agence, qui alimente le journal Spirou, que Jean Graton fait ses classes et apprend le métier d'auteur de bande dessinée. Il propose également ses services au Journal Tintin, pour qui il crée en 1957 son personnage de Michel Vaillant. 

La série, qui compte 70 albums, est à l'origine de la vocation de nombreux pilotes de course, comme Alain Prost, et a inspiré deux séries télévisées (dont une animée) et un film de cinéma.

Jean Graton a nourri son travail de milliers de photos et d'une énorme somme de documentation glanés au gré de ses nombreuses incursions sur les courses, qu'il a fréquentées toute sa vie un peu partout dans le monde, "se liant d’amitié avec les pilotes, les chefs d’écuries et les directions des circuits" précise le communiqué des éditions Dupuis. 

"Jean Graton savait transmettre sa passion avec style.  Il avait le premier compris que pour raconter, il fallait s’inspirer du réel"

Editions Dupuis

Cela ajouté à "son sens inné du mouvement et de la narration" ont fait de Michel Vaillant "une série exemplaire et respectée par tous les amoureux du sport auto".

"Un formidable dessinateur"

Mais Jean Graton n’était pas que le créateur de Michel Vaillant, c’était un formidable dessinateur. Il a publié de nombreuses illustrations dans les journaux comme Les Sports, les Belles Histoires de l’Oncle Paul ou encore dans Spirou. Il a également signé les couvertures et histoires complètes du journal Tintin, Julie Wood, ou les Labourdet.

En 2004, Jean Graton a pris sa retraite, laissant crayons et plumes au Studio Graton désormais en charge de la totalité du travail graphique de la série. Puis en 2012, Philippe Graton, le fils du créateur de la série, a décidé de ne plus confier les dessins à un studio mais à de véritables auteurs, marquant le début de la nouvelle saison de Michel Vaillant.

Il avait aussi inspiré un personnage à ses amis Goscinny et Uderzo, un coureur des 24 heures de Suindinium dans La serpe d'or.

Jean Graton avait été fait Commandeur des Arts et des Lettres, en France, et Chevalier de l'Ordre de Léopold, en Belgique.

"Ses amis et collègues s’appelaient Goscinny, Uderzo, Charlier, Peyo, Roba, Franquin..." pour les éditions Dupuis, il "était le dernier monstre sacré de l’âge d’or de la BD franco-belge."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.