Cet article date de plus de huit ans.

[DEAUVILLE] Joann Sfar dessine son cinéma

Le dessinateur Joann Sfar est un des sept membres du jury du Festival de Deauville. L'auteur et co-réalisateur du "Chat du Rabbin" n'est pas cinéphage, mais le septième art et ces découvertes de la semaine le passionnent. Il nous accueille dans un salon de l'hôtel Normandy, détendu, souriant, après sa troisième séance de la journée.
Article rédigé par
Vanessa Fize - franceinfo
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Joann Sfar
 (PATRICK KOVARIC / AFP)

C'est la deuxième fois que le dessinateur participe à un jury de festival de cinéma. La première fois, c'était à Gerardmer, au printemps. Il n'en ferait pas une habitude, nous dit-il en riant, il ne faut pas s'acoutumer au cocon dans lequel baigne un membre de jury, mais il apprécie l'ambiance, les échanges, les découvertes. Participer à rendre visible un cinéma moins commercial est pour lui une belle aventure. Il apprécie aussi l'atmosphère sereine et sérieuse imposée par la présidente du jury Sandrine Bonnaire.

 

 

Joan Sfar aime le  cinéma, qui le lui rend bien. Ses deux oeuvres, "Le Chat du Rabbin" et "Gainsbourg, une vie héroïque", on été couronnées de deux Césars. Si la bande-dessinée dévore tout son temps, le septième art n'est jamais bien loin, tant dans ses projets que dans ses souvenirs d'enfance.

 

 

L'actualité de Joan Sfar se range au rang du neuvième art. Il s'agit de "Tokyo", une bande dessinée foisonnante, audacieuse, un peu fouillie pour certains. Il y mêle dessins et photos, d'une façon inédite. Et n'allez pas croire que le cinéma est loin de tout ça...

 

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.