Cet article date de plus de neuf ans.

Virgin: des acteurs de la distribution, dont Cultura, étudient une reprise

Plusieurs acteurs de la distribution, dont le réseau Cultura qui compte 52 magasins en France, étudient l'opportunité d'une reprise partielle ou totale du distributeur de biens culturels Virgin Megastore, qui a déposé le bilan mercredi, selon le Journal du Dimanche (JDD).
Article rédigé par
franceinfo Culture (avec AFP) - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Virgin Megastore de Lyon
 (Jeff Pachoud/AFP)
"Si les fonds d'investissements semblent bouder le dossier, certains pros de la distribution étudieraient des possibilités de reprise totale ou  partielle", a écrit le journal qui, sans identifier ses sources, ajoute que "ce  serait le cas du spécialiste des loisirs créatifs Cultura". Ce dernier, a précisé le JDD, n'a pas souhaité faire de commentaires.

Virgin, détenu à 74% par Butler Capital Partners (BCP) et à 20% par Lagardère, "dispose de précieux atouts" malgré son endettement, fait valoir le  JDD. Il cite en particulier le bail du magasin parisien emblématique de l'enseigne, sur les Champs-Elysées (20 millions d'euros), les baux des autres  magasins (20 millions d'euros) et une trésorerie de 35 millions. Et la marque Virgin Megastore, pour laquelle BCP serait propriétaire d'une licence perpétuelle, vaudrait elle-même 20 millions d'euros, avance le journal.

Interrogée dimanche sur France 5 au sujet des déclarations de la ministre de la Culture Aurélie Filippetti qui a dénoncé une "concurrence déloyale  d'Amazon" pour expliquer les difficultés de la Fnac et de Virgin, la ministre de l'Economie numérique Fleur Pellerin a répondu: "Il y a effectivement une concurrence déloyale par les prix, par l'imposition".

"Vous avez un certain nombre d'acteurs aujourd'hui, du e-commerce en particulier, qui utilisent le fait que leur siège est situé au Luxembourg ou dans des pays avec une fiscalité qui est plus favorable que la fiscalité française et qui, du coup, proposent des produits qui ne supportent pas le même  taux de TVA que la Fnac ou que des acteurs qui sont localisés en France", a-t-elle relevé. "C'est une faute de management", a-t-elle lancé, citant la Fnac comme exemple d'une "entreprise qui s'adapte aux nouveaux défis de l'économie numérique". Car, a-t-elle tempéré, "il ne faut pas diaboliser l'économie numérique.  L'économie numérique peut donner un nouveau souffle aux industries créatives, aux industries culturelles".

Le tribunal de commerce de Paris doit examiner lundi le dossier de cessation de paiement déposé mercredi par Virgin. Il pourrait placer le groupe  en redressement judiciaire ou prononcer la liquidation de l'entreprise.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Arts-Expos

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.