Les murs peints par Banksy s'arrachent et cartonnent

Son identité est gardée secrète, mais ses oeuvres ornent de nombreux murs en Grande-Bretagne, Australie ou encore aux Etats-unis. Banksy est un graffeur dont l'anonymat est devenu célèbre grâce à des pochoirs qui s'arrachent aujourd'hui à prix d'or et qui parfois disparaissent en l'espace d'une nuit au grand désespoir des habitants des quartiers.

Le capitalisme vu par Banksy. Ce graff avait disparu de son mur, il est mystérieusement réapparu lors de vente aux enchères à Miami.
Le capitalisme vu par Banksy. Ce graff avait disparu de son mur, il est mystérieusement réapparu lors de vente aux enchères à Miami. (EPA/MAXPPP)
Nom de code : Banksy.
Lieu d'intervention : la ville et tout l'espace urbain.
Prix des oeuvres : exponentiel 
Propriétaire des oeuvres : Le propriétaire des murs

Reportage à Londres : L. De La Mornais, N. Haméon, T. Donzel, N. Boothby
Le street-art fait son entrée dans les salles des ventes. 
Longtemps considéré comme un courant marginal de l'art contemporain, le graff  a aujourd'hui sa propre côte et les salles de ventes organisent régulièrement des rendez-vous où les collectioneurs internationaux se pressent.  

La pochaine vente aux enchère de Banksy aura lieu à Beverly Hills, à la maison d'enchères Julien's Auction.

 Un graffiti réalisé par l'artiste de rue britannique sur le mur d'une station-service à Hollywood.
\"Flower Girl\" Banksy, sera mis aux enchères par Julien\'s Auction en décembre prochain
"Flower Girl" Banksy, sera mis aux enchères par Julien's Auction en décembre prochain (AP/SIPA)
Graffeur de la dérision et de la contestation, Banksy peint neuf fresques sur le mur de séparation israélo-palestinien en 2005. Parmi elles, on compte notamment une fillette accrochée à des ballons, laissant entrevoir, en trompe-l’œil, des paysages idylliques. 
Le graffeur Banksy en pleine action de contestation murale. Jérusalem, 2005
Le graffeur Banksy en pleine action de contestation murale. Jérusalem, 2005 (DR)
Banksy a aussi réalisé le documentaire "Faites le mur!", dans lequel il met en scène son travail, sans jamais dévoiler son visage. Le film avait été nommé à l'Oscar du meilleur documentaire en 2011