À Londres, une sculpture anti-colonialiste trônera à Trafalgar Square

La mairie de Londres a annoncé que des œuvres dénoncant le colonialisme et la transphobie seront exposées sur les socles de la place Trafalgar Square à partir de 2022.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Antelope, sculpture de l'artiste Samson Kambalu qui sera exposée à Trafalgar Square, à Londres, à partir de 2022 (JAMES O JENKINS / BOLTON & QUINN)

Une sculpture anti-colonialiste puis des moulages de personnes transgenres dénonçant les meurtres transphobes trôneront à partir de 2022 sur l'un des socles de la célèbre place londonienne de Trafalgar Square, où se succèdent les œuvres d'art, a annoncé lundi 5 juillet la mairie de la capitale britannique.

Montrer les "personnes sous-représentées dans l'histoire de l'Empire britannique"

Antelope, de l'artiste Samson Kambalu, originaire du Malawi et basé à Oxford, reproduit en sculpture une photographie de 1914 représentant le pasteur baptiste John Chilembwe, à l'origine d'un soulèvement raté en 1915 contre le régime colonial britannique au Malawi. 

Chilembwe porte un chapeau, ce qui était interdit pour les Africains à l'époque face aux blancs, et il est représenté plus grand que nature, dominant le missionnaire John Chorley, afin de mettre en exergue "les récits cachés des personnes sous-représentées dans l'histoire de l'Empire britannique, en Afrique et au-delà", explique le communiqué de la mairie. 

Dénoncer les assassinats des personnes trangsenres

La sculpture sera exposée à partir de 2022 sur le quatrième socle de la célèbre place londonienne de Trafalgar Square, connue pour accueillir temporairement des œuvres d'art contemporaines depuis 1998.

Elle cédera la place en 2024 à 850 Improntas (850 Imprints) de l'artiste mexicaine Teresa Margolles, qui met en scène des moulages de 850 personnes transgenres de Londres et d'ailleurs, arrangés comme un "Tzompantli", structure où étaient empilés les crânes humains en Mésoamérique. Cette œuvre, qui met en lumière le meurtre de ces personnes notamment en Amérique latine, insiste sur "la liberté et les droits de tous les êtres humains", a souligné l'artiste dans le communiqué. 

Le quatrième socle accueille jusqu'en septembre 2022 la sculpture de l'artiste britannique Heather Phillipson, intitulée The End, qui représente une cerise géante surplombant un monticule de crème fouettée, une mouche et un drone, évoquant "l'arrogance et l'effondrement imminent".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sculpture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.