Rembrandt superstar : 350 ans après sa mort, Amsterdam célèbre son enfant prodige

Aux Pays-Bas, l'année 2019 sera sous le signe de Rembrandt. 350 ans après sa mort, un hommage national est rendu à ce maître incontesté du 17e siècle et véritable référence identitaire. Et cela commence par un événement au Rijksmuseum : le musée célèbre aujourd’hui le génie en exposant pour la première fois l’intégralité de sa collection. Alors, direction Amsterdam, là où tout a commencé…

\"Le Syndic de la guilde des drapiers\" de Rembrandt, 1662 (détail).
"Le Syndic de la guilde des drapiers" de Rembrandt, 1662 (détail). (Rijksmuseum)
Ici pas de gratte-ciel. Avec ses canaux et ses hautes maisons bourgeoises, Amsterdam a conservé des allures de village, héritage de l’Age d’Or hollandais.

Les touristes viennent de loin pour le voir lui, Rembrandt

C’est dans ce décor qu'il faut imaginer Rembrandt. Car le peintre, né à Leyde, à 45 km de là, et qui est alors déjà célèbre, s’y installe en 1631, à l’âge de 25 ans. A cette époque, Amsterdam est la ville la plus riche du monde, le premier port de la planète et jouit d’un développement considérable. L'univers artistique et commercial dans le quel plonge Rembrandt est florissant.

Reportage France 3 : J.de Mareuil, G. Beaufils, P. Gueny
Rembrandt est aujourd’hui l'un des artistes les plus appréciés de la Hollande, et du monde. Les touristes viennent de partout le rencontrer sur la place qui porte son nom. Ils prennent la pose au pied de la statue, entourés de soldats tout droit sortis du plus célèbre de ses tableaux : "La Ronde de nuit".

Ici Rembrandt c’est aussi important que la Tour Eiffel à ParisUn Néerlandais

Plongée dans la vie intime de Rembrandt

Lieu presque de pélerinage, la maison de Renmbrandt, une très belle demeure où il vit près de 20 ans, de 1639 à 1658. Reconstituée à l’identique, elle se visite depuis 1911 et nous plonge au plus près de l’intimité du peintre : de la cuisine au petit lit conjugal, en passant par son cabinet de curiosités montrant sa collection d’objets et œuvres d’art car Rembrandt était aussi un grand collectionneur.
 

On est dans l’atelier de Rembrandt. C’est ici qu’il a réalisé ses chefs d’œuvres. Chaque peinture, chaque gravure, chaque dessin, qu’il a peint pendant ces 20 années, c’était dans cette pièceNathalie Maciesza, guide de la maison de Rembrandt

La plus visitée des pièces est la plus grande et la plus lumineuse, l'atelier. On peut y découvrir les pigments qu’il utilisait et broyait avec de l’huile de lin sur une grande pierre dure et plate. C’est ici qu’il recevait ses modèles, les représentants de la haute société hollandaise et qu’il réalisait leurs portraits sur commande. 

La collection la plus grande au monde

Le Rijksmuseum célèbre aujourd’hui le génie, en exposant pour la première fois l’intégralité de sa collection. La plus grande du monde ! Au total 400 œuvres : peintures, gravures et dessins avec des chefs d’œuvres tel que "La Ronde de nuit", "La fiancée juive", "Marten et Oopjen".

\"La Fiancée juive\" de Rembrandt, 1665 - 1669
"La Fiancée juive" de Rembrandt, 1665 - 1669 (Rijksmuseum)

La première salle est dédiée à ses autoportraits : une trentaine est exposée, car tout au long de sa vie, Rembrandt n’aura cessé de se peindre. Sans concession. Il est d’ailleurs le seul artiste de l’histoire à s’être autant représenté. L’exposition rend hommage à l'humain et au conteur considéré comme le plus moderne de son époque. Précurseur.
 

Rembrandt est un artiste qui pour la première fois parle des imperfections de la vie. Il n’est pas intéressé dans la beauté mais dans la véritéTaco Dibbits, président du Rijksmuseum

La vérité sans fioritures

Rembrandt met la vérité et la sincérité au-dessus de l’harmonie et la beauté. Il est le tout premier artiste qui dépeint avec une telle précision le monde qui l’entoure. Il peint les membres de sa famille, ses proches, et nous fait même pénétrer dans sa chambre auprès de son épouse, Saskia qui se trouverait sur le point d‘accoucher.

La peinture comme le reflet de sa vie intérieure : Rembrandt montre le monde tel qu’il est, aussi dramatique soit-il. Il est lui-même confronté à plusieurs pertes tragiques. Deux de ses enfants sont emportés par la mort à seulement quelques mois. Le troisième ne survit guère plus longtemps. Titus, le quatrième, doit grandir sans sa mère, Saskia, qui meurt à son tour en 1642. "Il faut être mort plusieurs fois pour peindre ainsi", disait Van Gogh devant l’œuvre de Rembrandt.

\"La Ronde de nuit\" de Rembrandt, 1642
"La Ronde de nuit" de Rembrandt, 1642 (Rijksmuseum)

A 35 ans Rembrandt est au sommet de sa notoriété lorsqu’il peint "La Ronde de Nuit", le plus célèbre de ses tableaux, fascinant par ses dimensions : 3,63m de haut sur 4,37m de base. Les visiteurs se pressent devant ce chef d’œuvre et sont saisis. "J’ai la chair de poule", nous explique une visiteuse, qui découvre pour la première fois le tableau, criant de vérité.

Au plus près de l'âme humaine

Génie du clair-obscur, Rembrandt questionne l’âme humaine, sonde la nature secrète de ses modèles et nous invite au plus près d’eux comme nous l’a expliqué le commissaire de l’exposition, Erik Hinterding, devant "Le Syndic de la guilde des drapiers" réalisé en 1662. 
 

« Ce tableau est très novateur. Rembrandt gèle l’instant. Tout le monde vous regarde et à ce moment-là, c’est comme si il prenait une photo, c’est ce que ‘j’admire »Erik Hinterding

Admiré en son temps, il l’est toujours aujourd’hui, 350 ans après sa mort, et plus que jamais une icône à Amsterdam ! Outre cette très belle exposition, Le Rijksmuseum d’Amsterdam propose deux autres rendez-vous : "La Restauration de la Ronde de nuit" en public cet été 2019, et "Rembrandt-Velazquez" du 11 octobre au 19 janvier 2020, qui réunira les chefs d’œuvre des plus grands maîtres du 17e siècle des Pays Bas et d'Espagne.