William Klein, photo brésilienne, Martine Franck: la rentrée de la MEP

On ne sait où donner de la tête cet automne à la Maison européenne de la photographie. La MEP propose les oeuvres de quatre Brésiliens, du sompteux noir et blanc classique de José Medeiros à la photo plus contemporaine des photographes du festival FotoRio. Les beaux portraits d’artistes de Martine Franck. Un siècle de photographie albanaise (1858-1945). Et la Rome 1950 de William Klein. C’est un tour complet, de la cave au sommet, qui s’impose.

11
William Klein a révolutionné la photo dans les années 1950 avec ses vues de New York au grand angle, en gros plan, sans souci du bougé. En 1956, il remet ça à Rome. Ses familles entassées sur une vespa ou son gardien des accessoires à Cinecittà sont drôles. Son regard sur les Romains est un peu cliché. Le plus beau, ce sont les personnages flous, fantomatiques, qui s’effacent devant les monuments.William Klein