Cet article date de plus d'un an.

"Foto" : à Douarnenez, un nouveau festival photographique en plein air

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
clap de lancement pour le festival photo de Douarnenez. cet été, la ville expose 10 photographes..des clichés pris aux 4 coins du monde pour offrir au public un regard croisé sur l'environnement, la société...
Article rédigé par
France Télévisions

Le festival "Foto", à Douarnenez (Finistère), présente des grands formats de 13 photographes, disséminés dans la ville. Des clichés pour voyager, jusqu'au 26 septembre. 

C’est une première. La ville de Douarnenez, dans le Finistère, inaugure cet été son nouveau festival de photographie, intitulé Foto ("photographie" en breton). Un parcours en plein air, avec des "grands formats" disséminés dans les lieux emblématiques de la ville. Treize photographes sont à l’honneur et font voyager les visiteurs, avec des clichés pris aux quatre coins du monde.

C’est dans les profondeurs que le photographe Franck Seguin amène les festivaliers. Rédacteur en chef du service photo de L’Équipe, il a suivi l’apnéiste Guillaume Néry dans ses explorations sous-marines. Ensemble, ils ont nagé avec les baleines de Tahiti, plongé dans les trous d'eau au Yucatán au Mexique, ou pisté les cachalots de l’Île Maurice…

"Protéger tout cela"

"On peut s’y reprendre à vingt, trente fois s'il le faut, explique Franck Seguin. Par exemple, pour avoir les cachalots, il faut nager beaucoup, il faut presque les courser, les repérer, les amadouer, et pour cela il faut s’y reprendre à de nombreuses reprises. Mais les bonnes photos, les grandes photos, c’est le truc en plus : la chance, la magie, la lumière, le rayon qui s’invite…", avance le photographe. Et le message ? "Protéger tout cela", clame-t-il.

Yves-Marie Quemener, photoreporter originaire de Douarnenez, présente également une série sur l’ultra-running autour du monde. "C’est une série qui regroupe plus de quinze ans de reportage, de l’Annapurna [au Népal] à la vallée de la Mort [en Californie, aux États-Unis]. J’ai d’abord travaillé sur le paysage, le coureur est là pour donner une échelle", raconte le photographe à Ouest-France

"Se préoccuper de son territoire"

Retour en intérieur, à la salle des fêtes de Douarnenez. L’exposition itinérante Report’images, du club de la presse de Bretagne, est présentée au public. Elle regroupe les clichés de dix photoreporters. Parmi eux, Simon Cohen qui a suivi l'artiste argentin Ricardo Cavallo dans son travail sur la côte. Ce dernier peint les rochers à Saint-Jean-du-Doigt, dans la Manche, depuis 15 ans.

"Il y a toujours cette espèce de mythologie du photographe qui est entre deux avions, estime Simon Cohen. Cela m’intéresse, bien sûr, mais je trouve qu’il est extrêmement important de se préoccuper de son territoire, de son environnement direct. Il y a énormément de choses à dire, énormément de choses à documenter", avance le photographe.

L’ensemble des parcours sont gratuits. Le festival se termine le 26 septembre prochain. Les informations pratiques sont à retrouver sur le site de la ville de Douarnenez.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.