En Haute-Garonne, une exposition de photographies en pleine forêt fait redécouvrir la ville de Porto

Le collectif toulousain Vertige expose ses photos de la ville de Porto dans la forêt de Puysségur.  Au milieu des branches et du bruissement des feuillages, une expo tout en contraste et en poésie qui jette un autre regard sur l'Europe.

Article rédigé par
Faustine Mazereeuw - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des moments de vie immortalisés au Portugal, suspendus dans la forêt de Puysségur. (France 3 Occitanie)

Des objets inhabituels ornent les branchages de la forêt de Puysségur, en Haute-Garonne... Au détour des sentiers, les visiteurs peuvent découvrir des clichés en noir et blanc de la ville de Porto, au Portugal. Suspendues là par les membres du collectif toulousain Vertige, ces photographies font partie d'une exposition à visiter jusqu'au 3 octobre au départ du camping Namasté de Puysségur.

En Haute-Garonne, une expo photo en pleine forêt fait redécouvrir la ville de Porto

Une exposition tout en contraste

Véritable fenêtre vers un autre espace-temps, chaque cliché est une invitation au voyage et à la découverte d'aspects méconnus de la ville portugaise. Chaque année, les membres de Vertige s'envolent vers une ville européenne pour l'immortaliser avec leur regard très personnel. Femmes discutant sur un balcon étroit, enfants figés dans leur course, jeune fille au regard rêveur au milieu d'une foule... Autant de moments de vie figés dans l'objectif des photographes. L'exposition joue sur plusieurs niveaux de contrastes : celui entre le noir et blanc des photos et le vert de la forêt, mais pas que. Le contraste se retrouve aussi au sein même des œuvres. Sur un cliché, le port de tête haut, quasi altier d'une femme tranche avec le mur de graffitis en arrière-plan. Sur un autre, des adolescents en tenue de baignade, très blancs, se démarquent sur un fond de tôle noire.

Un parti pris assumé

Le crédo du collectif Vertige : “Montrer l’Europe telle que nous la voyons, ou pensons la voir, ou la rêvons peut-être”. Ses membres assument leur regard subjectif, le revendiquent même. “Ce n’est pas du tout une vision objective. Ce qui nous intéresse le plus, c’est la rencontre hasardeuse avec les gens, l’architecture ou encore la lumière, et à partir de là créer des images et une exposition unique”, souligne le président du collectif Jean-Luc Aribaud. Lors de leur voyage, les photographes se sont imprégnés des lieux à leur manière pour mettre en lumière des facettes méconnues de Porto. “Porto est une ville très touristique, tout le monde a en tête les images des ponts et des caves de Porto. Ce n’est pas évident de sortir du cliché mais je pense qu’on y est arrivé en allant visiter des quartiers où l’on ne va pas en tant que touriste, déclare Denis Biguzzi, membre de Vertige. C’est ça, notre démarche : essayer de faire quelque chose de différent”, conclut-il. Pour sortir encore plus de l'imaginaire commun, l'artiste Karine Sancerry était conviée au voyage. Elle a représenté la ville avec des gravures, exposées elles aussi au milieu de la forêt.

Infos pratiques

Photographies du collectif Vertige et gravures de Karine Sancerry - Jusqu'au 3 octobre au camping Namasté - 31480 Puysségur - tel 05 61 85 77 84

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Photographie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.