Dans le Doubs, une exposition met à l’honneur le monde sauvage du photographe animalier Vincent Munier

À Arc-et-Senans, la Saline royale expose 70 clichés grand format de Vincent Munier, récompensé en 2022 par le César du meilleur documentaire.
Article rédigé par Véronique Dalmaz
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
"A l'Affût", exposition de Vincent Munier à découvrir jusqu"au 9 mars 2025. (YOAN JEUDY)

Panthère des neiges, loup blanc ou encore ours polaire. Dans l'espace si caractéristique de la Saline royale d'Arc-et-Senans, l’exposition baptisée À l’affût transporte le visiteur dans un monde sauvage que Vincent Munier immortalise depuis près de 30 ans.

"C’était le soir au crépuscule, le soleil était couché. Il [un cerf] vient se reposer juste après son brame dans cette trouée et il me fait face avec cette ramure qui est juste magnifique", se souvient avec émotion Vincent Munier en découvrant l’immense format, trois mètres sur cinq, qui met en valeur son cliché.

Des forêts vosgiennes aux contrées plus lointaines 

Trois salles exposent le travail du photographe. La première entraîne le visiteur des Vosges natales de Vincent Munier aux confins du monde.

"C’est un enfant des Vosges. Il va dans la forêt de Chamagne à 12 ans et prend sa première photo. Petit à petit, il éloigne son horizon. Il va au Pérou, en Afrique parce qu’il veut photographier le loup d’Ethiopie qui se meurt pour, petit à petit, arriver à son terrain de prédilection qu’est le grand blanc", rapporte Isabelle Sallé, commissaire d'exposition.

- Vincent Munier
Exposition "A l'affût" - Vincent Munier (France 3 Franche-Comté : E. Rivallain / J. Maurice / Q. Dany)

Fils de naturaliste, Vincent Munier a effectivement très jeune trouvé sa vocation. Après le lycée, il part dans les forêts des Pays de l’Est où il photographie l’ours, le lynx ou encore le loup. En 1999, il publie son premier livre, Le ballet des grues, fruit de son périple en Scandinavie.

Après de multiples petits boulots et encouragé par le concours de la BBC Wildelife Photographer of the Year qu’il gagnera trois fois, il décide, en 2000, de se consacrer entièrement à la photographie de la vie sauvage.

Des espèces rarement photographiées 

La deuxième salle de l’exposition est dédiée aux clichés qui l’on fait connaître. On part sur les traces du loup arctique. En 2013, Vincent Munier passe un mois seul sur l’île glacée d’Ellesmere. Une solitude rompue par une rencontre qui a marqué sa carrière : une meute de neuf loups. "À un moment, ils commencent à partir en file indienne. J’ai alors imité la bête blessée. Ils sont revenus et ont refait une charge. J’ai pu refaire des photos", raconte Vincent Munier au public venu l’écouter à l’occasion d’une rencontre organisée dans le cadre de l’exposition. Ces clichés seront publiés dans son livre Arctique (2015).

Autre prédateur rarement immortalisé qui va faire sa réputation internationale, la panthère des neiges. Une fabuleuse rencontre sur le haut plateau tibétain qui fera l’objet de deux livres et d’un film récompensé par un César. 

Chaque cliché est le résultat d’une longue attente dans une nature hostile mais Vincent Munier garde sa passion intacte. "Je reste un éternel émerveillé, un éternel gamin en train de construire encore des cabanes, de me fondre dans le milieu pour aller saisir tous ces instants (…). C’est vraiment des émotions très fortes quand on est face à une bête sauvage qu’on attend depuis très longtemps. Il y a quelque chose d’extrêmement grisant" témoigne-t-il.

Et ces face-à-face entre l’animal et le photographe, le visiteur est invité à les revivre dans la 3e salle de l’exposition. Les clichés choisis montrent l’animal face à l’objectif, le regard fixe. "J’essaye d’émouvoir avec la beauté (…). On n’est pas tout seul à habiter ce monde donc soyons vigilants et attentifs aux autres", explique Vincent Meunier qui à travers son œuvre milite pour la protection de la faune sauvage.

Exposition "À l’affût" - Saline royale, Grande Rue, Arc-et-Senans (Doubs) - Jusqu'au 9 mars 2025 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.