Cet article date de plus de quatre ans.

Une rétrospective célèbre la carrière de Pierre Parsus, illustrateur de Brassens, au Pont-du-Gard

Au Pont-du-Gard, une rétrospective est consacrée à Pierre Parsus, 96 ans, qui fut notamment l'illustrateur des œuvres publiées de Georges Brassens.
Article rédigé par
franceinfo Culture (avec AFP) - franceinfo
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Georges Brassens chante dans un décor reconstituant le port de Sète pour l'émission "Numéro un". 
 (JEAN PIERRE LETEUIL / INA)
Il dit être "né en découvrant la peinture", à 13 ans, et n'a cessé de peindre depuis. Auteur d'une oeuvre prolifique, Pierre Parsus, né à Paris en 1921, a peint des milliers de tableaux, aquarelles et dessins. Il est également l'illustrateur de livres de Jean Giono et de Georges Brassens qu'il a "bien connu", a-t-il confié.
Pierre Parsus et Georges Brassens, au vernissage des lithographies de Pierre Parsus, 1974  (Lucette et Pierre Parsus:  http://www.lucetteetpierreparsus-peintre.com/) 
 (Lucette et Pierre Parsus)

La rétrospective qui lui est consacrée au Pont-du-Gard, dans le département du Gard où il vit depuis 1947, "permet au visiteur d'appréhender, salle après salle, l'évolution de l'oeuvre qui, progressivement, passe du figuratif au spirituel, du visuel à la vision", résume Christian Vayrette, le commissaire de l'exposition.

Une vocation depuis l'âge de 13 ans

Quatre-vingt-trois oeuvres sont présentées jusqu'au 15 octobre par thèmes. "Cela suit mon évolution: paysages, nus féminins, portraits, autoportraits... ça part vers le lyrisme, une vision du sacré universel, mon exposition se termine dans le visionnaire. Il y a toutes les étapes de ma vie", explique l'artiste.
Lithographies de Brassens par Pierre Parsus (http://www.lucetteetpierreparsus-peintre.com/lithographies_brassens.php)
 (Lucette et Pierre Parsus)

Il a découvert sa vocation à 13 ans en prenant des cours du soir de peinture. "Je suis né à ce moment là. J'ai su que j'étais possédé par ce truc". Qu'elle soit figurative ou abstraite, son oeuvre est marquée par la couleur qu'il a découverte en Algérie, de 1953 à 1955, quand il était pensionnaire de la villa Abdel-Tif, un centre d'art qui accueillait les artistes à Alger. "J'ai osé abordé la couleur algérienne, elle est ressortie 20 ans après", dit le peintre.

"On a vécu à trois, ma femme, la peinture et moi"

Autres dates marquantes de son parcours, son retour de déportation en 1945, après avoir traversé l'Autriche "à pied et à péniche" et sa rencontre avec Lucette, sa femme, qui lui a servi de modèle pour de nombreuses toiles. "On a vécu à trois, ma femme, la peinture et moi", s'amuse-t-il. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.