L'artothèque de Nantes : louer une oeuvre d'art pour quelques euros

Emprunter une oeuvre d'art comme on emprunte un livre est possible. C'est le principe même de l'artothèque. Ce concept séduit car il permet aux amateurs d'art de posséder de façon éphémère, une peinture ou une toute autre oeuvre, pour une durée déterminée. Exemple avec l'artothèque de l'école des beaux-arts à Nantes.

Détail sérigraphie \"Aux âmes citoyens\" de Roberto Matta 
Détail sérigraphie "Aux âmes citoyens" de Roberto Matta  (Capture d'écran France 3 / Culturebox)
Acheter une oeuvre n'est sûrement pas à la portée de tous, mais le concept des artothèques peut y remédier, pour une durée déterminée.

Reportage : M. Berruruier / J-M. Lequetier / J. Pires 


Artdelivery, un concept inédit à Nantes

À Nantes, un concept unique vous offre la possibilité de louer une oeuvre et d'être livrer. C'est l'école des beaux-arts qui est à l'origine de cette initiative. Elle propose via internet, sa collection d'art contemporain constituée de près de 400 oeuvres originales. Des estampes, des peintures, des photos, des lithographies, des dessins... d'artistes français ou étrangers ou d'anciens étudiants des beaux-arts.

Le site internet Artdelivery permet de le faire en quelques clics. Les oeuvres seront ensuite livrées et même accrochées chez vous, le tout pour une somme modique, comme en témoigne cette adhérente.

"S'offrir une oeuvre est très compliqué pour moi, il faut avoir le budget et moi je ne l'ai pas. Alors que là, cela nous coûte dix euros par mois. C'est à dire le prix d'une place de cinéma"

Laurence Piou-Hallab
Abonnée à l’Artothèque de Nantes "Artdelivery"

Ce concept fait de plus en plus d'adeptes. Ce fervent abonné en est à sa cinquième location. Pour lui, Artdelivery est incontestablement une bibliothèque de l'art. 

"On s'est dit que l'artothèque de Nantes nous donnait une occasion phénoménale, de pouvoir mettre une oeuvre originale sur ce mur"Abonné à l’Artothèque de Nantes "Artdelivery"

 

Les artothèques, un concept pas vraiment nouveau

Le concept a fait son apparition dans les années 60, souhaité par Malraux puis relancé par Jack Lang dans les années 80. Très peu connues du public, les artothèques tablent sur les nouvelles habitudes de consommation pour se développer.
 

"Je pense que les générations de trentenaires et quarantenaires qui déménagent beaucoup, qui ont finalement des vies plus mobiles, qui louent des meubles, des voitures font que cette proposition culturelle peut aujourd'hui être regardée différemment"

Pierre-Jean Galdin
Directeur de l'école des Beaux-Arts de Nantes

 

Des artothèques un peu partout en France

Le prêt d'oeuvres d'art est proposé par une quarantaine d'artothèques sur le territoire. Leur objectif, rendre l'art contemporain accessible à tous. Elles disposent généralement de collections multi-supports et transgénérationnelles, qui à l'inverse des musées, sont destinées à être partagées, à circuler.