Klimt et Vienne, un siècle d'or et de couleurs aux Baux-de-Provence

C'est une autre façon de découvrir l'art pictural. une nouvelle fois, à partir de ce vendredi, les carrières de lumière des Baux-de-Provence propose un son et images dédié à un genre. Après "Monet Renoir... Chagall", le thème retenu est cette fois : "Klimt et Vienne, un siècle d'or et de couleurs".

(BERTRAND LANGLOIS/AFP)

Les toiles projetées sur les parois de la carrière sont pour la plupart de Gustav Klimt. Son oeuvre est l'étendard  d'une nouvelle peinture viennoise, qui se détache du continent européen, boudant au début du XXème siècle les courants classique, baroque ou roccoco. L'idée des artistes de la cité autrichienne est de repartir dans une profondeur qui n'exclura pas des formes jugées moins nobles à l'époque, comme les arts déco.

Klimt développe un genre à part, dénué de perspective, empli de détails, de visages, et d'or.

Le reportage de Marie Arnaudet, Jérémie Hessas, Elisabeth Gleize
Deux autres peintres apparaissent dans ce siècle de peinture à Vienne. Egon Schiele, d'abord. Klimt fut influencé par Schiele dans sa construction de cités en peintures, tels des patchworks. Quant aux corps ils s'allongent, se désarticulent, fleurtent entre érotisme et mort.
(DR)
Le plus contemporain de cette évolution est Friedensreich Hundertwasser. Son univers est encore très coloré, très chargé, il hait les lignes droites et le prouve. Lui aussi fuit la perspective, comme ses aînés.

(DR)
Et voici ci-dessous une visite en avant première de cette exposition en mouvement, constituée de milliers d'oeuvres d'art numérisées, et projetées sur toutes les surfaces des anciennes carrières :
(DR)

L'exposition son et lumière dédiée à Klimt est ouverte au public jusqu'en janvier 2015.