Cet article date de plus d'un an.

En Bourgogne-Franche-Comté, sept musées célèbrent le peintre Charles Belle et ses œuvres monumentales

Publié Mis à jour
{}
Rétrospective Charles Belle {} (FTR)
Article rédigé par franceinfo - Véronique Dalmaz-Nicolas
France Télévisions

Sept musées et sites emblématiques de la région rendent hommage à l’enfant du pays et à ses œuvres monumentales sur la nature.

Cette rétrospective est une première en France. A 66 ans, Charles Belle a une production colossale. Près de 10 000 peintures et plus de 20 000 dessins. L’artiste est surtout connu pour ses représentations de la nature dans des formats souvent monumentaux. Son travail est présenté dans les plus grandes foires internationales d’art contemporain. Il expose aussi régulièrement à Paris, en Europe, en Suisse, à New York, Séoul ou encore à Beyrouth. Mais Charles Belle trouve son inspiration dans le Doubs, là où il est né. Dans son atelier, situé à Tallenay au cœur d’une belle campagne, ses tableaux prennent vie. Et tant qu’ils n’ont pas quitté les lieux, ils peuvent être retouchés. "Ce sont des peintures infinies. Ce n’est jamais un moment statique. Au contraire, c’est proche de la danse" explique l'artiste.  

Des peintures inédites à la Saline royale 

Oeuvres de Charles Belle exposée à la Saline royal d'Arc-et-Senans (Doubs) (Capture d'image / France Télévisions)

Pour la grande rétrospective qui lui est consacrée, Charles Belle a choisi 150 oeuvres. Des peintures qui seront exposées à Besançon, Belfort, Pontarlier, Ornans ou encore Arc-et-Senans. Cinq villes et sept lieux qui offrent des regards transversaux et complémentaires sur l’œuvre considérable de Charles Belle. C’est la Saline royale d’Arc-et-Senans qui débute cet hommage ce 7 mai. Elle propose un nombre important de peintures inédites. Des toiles représentant des fleurs, des paysages gigantesques à l’image du lieu. "A chaque fois que je vois une expo ici, les toiles qui mesurent trois ou quatre mètres de haut ressemblent à des timbres-poste. Donc, il fallait trouver quelque chose qui occupe l’espace de façon présente mais pas omniprésente. Car l’architecture est tellement puissante qu’il faut arriver à l'habiter dans une logique souple et esthétique" raconte Charles Belle. Les autres expositions débuteront en juin, juillet et octobre.    

Rétrospective Charles Belle Peindre, Mai 2022 – Février 2023, 7 lieux d’exposition, programme complet ici

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.