"Le Radeau de la Méduse" : la vérité crue sur son histoire

Un historien a enquêté sur le drame vécu par les naufragés du "Radeau de la Méduse" immortalisé par le peintre Géricault en 1819. Il révèle ses aspects les plus terribles.

France 3

"Le Radeau de la Méduse", c'est une scène de détresse totale. Au premier plan, des cadavres, et au-dessus des rescapés qui espèrent être sauvés. Dans cette image puissante de sept mètres sur cinq, les personnages à l'avant du radeau font deux fois la taille d'un homme et l'effet est saisissant.

Il y a juste 200 ans, la frégate La Méduse fait naufrage au large de la Mauritanie. Faute de canots, 147 passagers embarquent sur ce radeau. À l'arrivée, on sait que les 15 rescapés ont survécu grâce au cannibalisme. Une tragédie qui a toujours fasciné les visiteurs du Louvre.

Géricault s'est autocensuré

L'historien Jacques Olivier Boudon a écrit un livre-choc sur le drame de La Méduse : "Au bout de 48 heures seulement, les passagers vont s'entretuer et commencer à manger la chair des hommes morts".

Pour rendre son radeau aussi réaliste, Théodore Géricault a observé les cadavres à la morgue. Mais il a dû renoncer à une autre version de son tableau, conservé au Musée du Louvre, à cause d'une scène de cannibalisme.

Le JT
Les autres sujets du JT