Cet article date de plus de dix ans.

La compagnie "La Machine" donne vie au bestiaire de Napoléon à la Roche-sur-Yon

La place Napoléon de la Roche-sur-Yon à nouveau au cœur de la ville grâce notamment aux animaux de la compagnie la Machine. Un incroyable bestiaire mécanique peuple désormais la Place et attire les visiteurs. Il aura fallu deux ans de travaux avant l’inauguration officielle le 18 janvier 2014.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Drôle de bestiaire Place Napoléon à la Roche-sur-Yon
 (La Machine / Emmanuel Bourgeau)

La Place Napoléon de la Roche-sur-Yon méritait bien un lifting. Il faut dire que c'est l'illustre empereur qui est à l'origine de la création de cette commune de Vendée. Aujourd'hui, grâce à l'incroyable transformation de cet espace de 4 hectares en partie imaginée par le compagnie "La Machine", la place qui porte son nom est à la hauteur de l'homme. Et pour lui rendre hommage, c'est tout un bestiaire qui a élu domicile à côté de sa statue. 

Reportage : D. Leroy, S. Goupil

Pourquoi un bestiaire Place Napoléon
Lors de la campagne d'Egypte, Bonaparte était entouré de naturaliste et d'archéologues. Deux siècles plus tard, le bestiaire du futur empereur l'accompagne sur sa place. Loutre, dromadaire, ibis sacré, hippopotame, grenouilles, crocodile, sont la création de la compagnie La machine sous la direction artistique de François Delarozière à qui l'on doit beaucoup d'autres machines monumentales. 
 
Concepteur de machines
Il faut un brin de folie et beaucoup d’imagination pour créer un tel bestiaire. Concepteur de machines, c’est un métier très sérieux qui requiert des compétences diverses. Mais attention, à celles et ceux qui seraient intéressés par une telle activité, n’attendez pas de tomber sur une offre d’emploi intitulé "recherche concepteur de machine". 

Reportage : D. Leroy, J-M. Lallier, G. Pogu, F. Thibert, S. Goupil
 
"Compagnie La Machine" - Atelier de Nantes
2 boulevard Léon Bureau
44200 Nantes
02 40 47 58 08

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.