VIDEO. "Guernica", une toile universelle

Le Grand Palais, à Paris, accueille une exposition sur Pablo Picasso. L'occasion de revenir sur une toile dont l'influence reste intacte, "Guernica".

France 2

Pour chaque visiteur, c'est la même sensation. La fresque de Pablo Picasso impose sa force. Guernica est une des toiles les plus célèbres du monde, et une des plus marquantes. Le tableau est né de l'effroi de la guerre civile d'Espagne.

Le 27 avril 1937, les Allemands de la légion Condor, alliés de Franco contre le gouvernement républicain, bombardent un petit village basque, Guernica. Le chiffre donné par le gouvernement basque fait état de 1 654 morts et de plus de 800 blessés sur les 7 000 habitants. Picasso est bouleversé par cette tragédie. Répondant à une commande du gouvernement républicain de Francisco Largo Caballero pour le pavillon espagnol de l'Exposition universelle de Paris de 1937, il commence à peindre quatre jours après dans son atelier.

Un manifeste et un symbole

En seulement trente-cinq jours, il produit sa réponse au massacre : une toile en noir et blanc incroyablement équilibrée. Au centre, on retrouve le cheval et le peuple espagnol massacré, à gauche, le taureau représente la barbarie, quatre femmes au corps déformé et au regard plein d'angoisse symbolisent les victimes, alors qu'au sol git un soldat allongé, symbole de la défaite. Et pour montrer le faible espoir, une bougie dont la lumière forme un triangle parfait. Par la technique et par le message, Picasso a créé un manifeste universel.

L'exposition Picasso.mania se tient du 7 octobre 2015 au 29 février 2016 au Grand Palais, à Paris. Elle présente le regard des artistes contemporains sur l’œuvre de Pablo Picasso.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une statue de Maurizio Cattelan représentant Pablo Picasso, exposée à Hambourg (Allemagne) à l\'occasion de \"Picasso dans l\'art contemporain\", le 30 mars 2015.
Une statue de Maurizio Cattelan représentant Pablo Picasso, exposée à Hambourg (Allemagne) à l'occasion de "Picasso dans l'art contemporain", le 30 mars 2015. (MALTE CHRISTIANS / DPA / AFP)