Jony Ive, designer de l'iPhone et "partenaire spirituel" de Steve Jobs, quitte Apple

Le Britannique veut créer sa propre agence de design. Apple ne sera plus son employeur, mais son client.

Jonathan Ive, responsable du design chez Apple, à San Francisco (Californie), le 21 mai 2016.
Jonathan Ive, responsable du design chez Apple, à San Francisco (Californie), le 21 mai 2016. (STEPHEN LAM / REUTERS)

iPhone, iMac, iPod ... Depuis presque trente ans, Apple doit beaucoup au designer britannique Jony Ive, qui a décidé de quitter la marque à la pomme pour fonder son propre cabinet de création, baptisé LoveFrom. Son départ coïncide avec un moment-clé de l'histoire d'Apple, qui cherche à insuffler un nouvel élan dans les services au moment où les ventes d'iPhone patinent. Mais le designer continuera toutefois à travailler pour le géant technologique via sa nouvelle entreprise, qui devrait voir le jour en 2020. 

"Jony est une figure singulière dans le monde du design et son rôle dans la renaissance d'Apple est gigantesque, du révolutionnaire iMac en 1998 à l'iPhone", en 2007, ou encore le nouveau siège du groupe en Californie, l'Apple Park, a déclaré le patron d'Apple, Tim Cook, dans un communiqué, à propos de Sir Jonathan, anobli par la reine d'Angleterre il y a quelques années.

"Irremplaçable"

Jonathan Ive est sans doute l'artisan du succès commercial des produits d'Apple, réputés pour leur design épuré, voire minimaliste, comme l'affectionnait le fondateur Steve Jobs, mort en 2011. Celui-ci voulait que les produits soient faciles à utiliser et esthétiquement attrayants, y compris à l'intérieur, là où le client ne mettrait pourtant jamais un œil. Le duo Jobs-Ive a scellé le style esthétique Apple, devenu un atout marketing majeur. "Si j'avais un partenaire spirituel chez Apple, ce serait Jony. Jony et moi imaginons la plupart des produits ensemble, puis on fait venir les autres en disant 'Alors, qu'est-ce que vous en pensez'", a dit un jour de lui Steve Jobs, selon la biographie référence écrite par Walter Isaacson.

Signe de sa place incontournable dans l'ADN d'Apple, son départ surprise a été fraîchement accueilli par les marchés. Vers 23 heures GMT (1 heure du matin en France), le titre perdait encore 0,75% dans les échanges électroniques post-clôture. Son départ "crée un vide" au sein de l'entreprise car "il est clairement irremplaçable et a été l'une des personnes les plus importantes d'Apple ces dernières décennies", confirme l'analyste Daniel Ives, du cabinet Wedbush, tout en notant que la collaboration future entre son cabinet et Apple atténuait le coup pour le groupe. Jonathan Ive ne sera pas remplacé au poste de "Chief design officer", ce sont deux responsables actuels du design qui seront aux manettes en interne après son départ.