Bara Prasilova et Dita Pepe, deux femmes, deux univers, aux Transphotographiques de Lille

Bara Prasilova et Dita Pepe, deux femmes, deux univers, aux Transphotographiques de Lille
Bara Prasilova et Dita Pepe, deux femmes, deux univers, aux Transphotographiques de Lille (Culturebox)

Parmi la trentaine d'artistes présents à Lille pour la 8ème édition du festival des Transphotographiques, il y a Bara Prasilova et Dita Pepe, deux femmes et deux approches du monde qui les entourent. Rencontre.

La tchèque Bara Prasilova est issue du monde de la mode où elle a notamment été mannequin. C'est peut-être pour cela qu'on trouve dans ses photos, des éléments issus de collections personnelles de stylistes et de créateurs. Mais ses photos n'ont rien des clichés de top-models que l'on trouve dans les magazines. L'artiste a voulu travailler sur le monde de l'enfance, sur sa propre fascination pour les contes de fée. Quant à Dita Pepe, tchèque elle aussi (ne vous fiez pas à son nom, hérité paraît-il de son ancien époux italien), à 36 ans, elle a déja été primée plusieurs fois (dont le Prix Kodak pour les jeunes photographes en 2003). A 18 ans, elle part en Allemagne. C'est là qu'elle découvre la photo mais pour vivre, elle fait des petits boulots, de garde-malade, la plonge dans un restaurant. Ces jobs lui permettent surtout de faire des rencontres et d'entrer en empathie avec les gens. Cette richesse humaine va la conduire à réaliser ses Autoportraits où elle se met en scène avec ses modèles. C'est eux qui l'ont rendus célèbre et c'est eux que l'on peut découvrir à Lille.