En Haute-Garonne, le peintre Emmanuel Bornstein livre une exposition sombre et intime qui questionne son histoire familiale

Au château de Laréole, le peintre d'art contemporain Emmanuel Bornstein propose l'exposition "Shift". Au détour des allées, portraits et créatures étranges questionnent la beauté et la noirceur de l'âme humaine. Un travail marqué par son histoire familiale et la déportation de sa grand-mère.

Article rédigé par
Faustine Mazereeuw - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le peintre Emmanuel Bornstein, figure emblématique de l'art contemporain, se livre dans une exposition traversée par ses blessures, ses ambivalences mais aussi ses joies. (France 3 Occitanie)

Honorer la mémoire de ses ancêtres déportés de la Shoah mais aussi questionner notre intimité et notre place dans le monde, c'est l'objectif de l'exposition "Shift" du peintre Emmanuel Bornstein, visible jusqu'au 26 septembre au château de Laréole, près de Toulouse. Dans ce joyau de la Renaissance, 29 œuvres évoquant des visages ou des créatures tantôt sombres et angoissantes, tantôt joyeuses et chatoyantes sont à découvrir. Pour ce peintre (originaire de Toulouse mais installé à Berlin), figure emblématique de l'art contemporain, cette exposition est une véritable rétrospective sur ses dix dernières années de travail.

Haute-Garonne : le peintre Emmanuel Bornstein livre une exposition sombre et intime qui questionne son histoire familiale

Questionner sa propre ambiguïté

Emmanuel Bornstein est tourmenté par l'ambiguïté des choses : celle de l'histoire, celle des gens, la sienne. Une ambiguïté qui se retrouve dans son œuvre, comme dans sa toile Vladimir et Estragon représentant deux silhouettes sombres et sans visages, les contours flous, dans des tons obscurs. Pour ce tableau, deux visions possibles, explique le peintre. On peut y voir un personnage tentant de sauver quelqu'un ; de l'autre côté, on peut aussi imaginer une scène tragique où la silhouette traîne derrière elle un corps mort. 

Avec ses tableaux à double sens, Emmanuel Bornstein nous met face à nos propres ambiguïtés. (France 3 Occitanie)

Les êtres énigmatiques de ses œuvres peuplent en premier lieu l'esprit du peintre. Des traces des traumatismes familiaux qui le hantent encore. Sa grand-mère, résistante et juive, a été déportée vers des camps de concentration où toute sa famille a été exterminée. Plutôt que de rejeter ces présences fantômes qui l'habitent, Emmanuel Bornstein a décidé de les écouter et de les sublimer dans ses toiles. 

“Il y a des choses intimes qui ont traversé ma propre histoire, l’histoire de ma famille. Ce sont des prismes qui me permettent de regarder le monde contemporain. C’est à travers ce prisme-là que je questionne le monde dans lequel je vis aujourd’hui”, explique la figure montante de l'art contemporain. En questionnant sa propre intimité, le peintre espère bien amener son public à se questionner également.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Emmanuel Bornstein (@emmanuelbornstein)

Un peintre témoin

Un texte a particulièrement nourri l'art d'Emmanuel Bornstein : L'Allemagne et les Allemands, un discours de l'écrivain Thomas Mann qui met en lumière la dualité de l'histoire pendant la Seconde Guerre mondiale“Dans ce discours-là, il n’y a pas une bonne et une mauvaise Allemagne. La mauvaise Allemagne, c’est la bonne qui a périclité, comme un fruit qui a pourri. Thomas Mann, finalement, demande à chaque Allemand de faire sa propre introspection. C’est au lendemain de la guerre, c’est une autre époque, mais je pense qu’aujourd’hui et de tout autre temps, c’est important de toujours être dans le questionnement”, explique l'artiste. Emmanuel Bornstein, véritable témoin de l'histoire, expose aussi au musée de la Résistance et de la Déportation de Toulouse jusqu'à fin septembre. Dans cette exposition, l'artiste a créé des œuvres mémorielles en mêlant collages et gouaches sur des documents historiques.

Exposition "Shift" au château de Laréole,  31480 Laréole

Gratuit, ouvert tous les jours sauf le lundi, de 10h à 19h jusqu'au 31 août et de 10h à 18h jusqu'au 26 septembre

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Art contemporain

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.