À Marseille, la bioluminescence au cœur d’une performance artistique sous-marine

Dans le cadre de la Journée mondiale des océans le 8 juin, le musée subaquatique de Marseille et deux artistes préparent une performance artistique inédite utilisant la bioluminescence. Une équipe de France 3 a suivi les derniers préparatifs. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Sphère de Jérémie Brugidou.  (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 3 / Anthony Leydet)

Ce mercredi 8 juin a lieu la Journée mondiale des océans qui fête ses 30 ans. À cette occasion, deux artistes scientifiques préparent une performance sous-marine insolite et fascinante. Ils vont éclairer les statues du musée subaquatique de Marseille, installées à plusieurs mètres sous l’eau en face de la plage des Catalans, grâce à la bioluminescence. "J’ensemence la lumière, la lumière qui vient de la vie, appelée communément bioluminescence. Bio pour vie, luminescence pour lumière", raconte Nadia Mérad Coliac. Cette chercheuse à l'Institut de neuro-physiopathologie à l’Université Aix-Marseille est l’une des deux artistes engagés dans cette aventure. Cette lumière est produite par des bactéries que Nadia Mérad Coliac a enfermées dans des boules de verre et qui seront ensuite immergées pour éclairer les statues.

La bioluminescence est une découverte que l’on doit au médecin et chercheur français Raphaël Dubois (1849-1929). "C’est lui qui a découvert le secret des lucioles, cherché depuis l’Antiquité. Il a fallu que Dubois puisse enfin nous donner la formule, qu’il a baptisée luciférine et luciférase", explique la chercheuse. La luciférine est le composé chimique à l'origine de la luminescence. Celle-ci émet de la lumière en s'oxydant grâce à l'intervention de la luciférase, une enzyme.

FTR

Préserver les océans

Dans le laboratoire de l’Institut Méditerranéen d’Océanologie, Jérémie Brugidou, artiste cinéaste et chercheur, prépare lui aussi la performance de mercredi. Il travaille avec des sphères en plastique, à l’intérieur desquelles ont été emprisonnées des bactéries. Des bactéries découvertes par hasard sur un télescope immergé à 2000 mètres de fond au large de Toulon. "En le remontant, ils ont découvert qu’il avait été recouvert par un biofilm, des bactéries qui émettaient de la lumière. Et en analysant ce biofilm, ils ont découvert cette espèce bactérienne que l’on ne connaissait pas. Et il y a plein d’espèces de bactéries qui font de la lumière dans l’océan. C’en est une parmi des milliers d’autres".

Des bactéries qui ont une durée de vie limitée, alors avant le 8 juin, il faut tester l’installation. Les sphères bioluminescentes de Jérémie Brugidou sont donc immergées une première fois. Pour l’artiste, cette performance se veut aussi un message sur la fragilité des océans et l’urgence à les protéger. "Je suis assez inquiet par les appétits, industriels, de dragage, dans les espaces où l’on ne sait pas ce qu’il y a. Mais on continue à détruire, à exploiter, à extraire. Et l’envie, c’était de créer une poche d’imagination d’autres choses".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Art contemporain

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.