VIDEO. À 50 mètres de haut avec les funambules de la cathédrale Notre-Dame de Paris

L’échafaudage du chantier de Notre-Dame de Paris qui entourait la flèche au moment de l’incendie d'avril 2019 est toujours en train d'être démonté en ce début du mois d'août. Un travail de titan, où les ouvriers passent la journée suspendus à 52 mètres du sol.

Une opération vertigineuse, méticuleuse, fastidieuse. L'échafaudage du chantier de Notre-Dame de Paris est, en ce début du mois d'août, toujours en train d'être démonté, petit à petit. Suspendus à 52 mètres de hauteur, les cordistes découpent les tubes de métal. Avant l’incendie de la cathédrale, le 15 avril 2019, il y en avait 35 000. Les plus abîmés, ceux qui ont été soudés par la chaleur, doivent être sciés un à un.

Une trentaine de tonnes descendue

"Je dirais qu’à l’heure actuelle, on a peut-être descendu une trentaine de tonnes. Je dirais entre 5 et 10%, donc il reste du travail", explique le responsable de l’échafaudage, Didier Cuiset, qui surveille de près l’avancée des opérations. Son obsession : la sécurité des hommes et de la cathédrale. Ils doivent s’assurer en permanence de la stabilité de l’ouvrage. Selon les explications du responsable : "dans le process et dans le protocole, on met une poutre en dessous et on enlève la première. On démonte deux mètres, on met une poutre en dessous, on enlève l’autre et ainsi de suite pour éviter les risques."

Le JT
Les autres sujets du JT
La cathédrale Notre-Dame de Paris le 8 juin 2020.
La cathédrale Notre-Dame de Paris le 8 juin 2020. (ANTOINE WDO / HANS LUCAS / AFP)