Accusé de vouloir vendre les photos de ses utilisateurs, Instagram se défend

Le co-fondateur de la plateforme de partage de photos, Kevin Systrom, fait une mise au point et s'engage à modifier le texte litigieux.

Photo de la page Facebook d\'Instagram sur un écran d\'ordinateur, à Washington (Etats-Unis), le 10 avril 2012.
Photo de la page Facebook d'Instagram sur un écran d'ordinateur, à Washington (Etats-Unis), le 10 avril 2012. (KAREN BLEIER / AFP)

"Pour être clair : il n'est pas dans notre intention de vendre vos photos." Après le tollé provoqué par ses nouvelles conditions d'utilisation, qui l'autorise à commercialiser les photos de ses utilisateurs, Instagram répond et entend rassurer. La plateforme de partage de photos a publié, mardi 18 décembre, une note sur son blog (en anglais) dans laquelle elle dénonce une "confusion" et s'engage à modifier le texte pour le rendre plus clair.

Kevin Systrom, co-fondateur d'Instagram, explique que les nouvelles conditions d'utilisation voulaient mettre l'accent sur le fait que les utilisateurs et les marques pourraient faire leur promotion, pour gagner des abonnés, d'une nouvelle manière. Par exemple, une entreprise souhaitant promouvoir son compte Instagram pourra afficher ceux de vos contacts qui le suivent déjà.

L'entrepreneur assure que les photos ne pourront pas être utilisées dans des publicités. "Nous n'avons aucun projet comme celui-là et c'est pour ça que nous allons retirer les termes qui ont soulevé cette question", écrit-il. "Les utilisateurs d'Instagram possèdent leurs données et Instagram ne réclame aucun droits sur vos photos", poursuit-il.