Biennale de la danse de Lyon : retour au geste pur avec Yuval Pick et son "Vocabulary of need"

Le chorégraphe israélien présente jusqu'au 4 juin 2021 sa nouvelle création à la Maison de la danse dans le cadre de la Biennale. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 3 min.
"Vocabulary of need", création chorégraphique de Yuval Pick (Sebastien Erome)

Comment revenir aux fondamentaux de la danse ? Comment extraire l'essence absolue du mouvement ? Comment établir un lien entre le vertical et l’horizontal, à travers un espace créé par les corps ?  

Avec ses huit danseurs, quatre filles et quatre garçons, Yuval Pick explore toutes ces notions dans sa nouvelle création, Vocabulary of need. Une partition exigeante dansée sur la Partita N° 2 en ré mineur pour violon solo de Jean-Sebastien Bach. Présentée dans le cadre la 19e Biennale de la danse de Lyon, la pièce a séduit le public avide de retrouver la danse à l'état pur. 

Sobriété et austérité 

Sur l'immense plateau noir de la Maison de la danse, pas de décor, pas d'accessoires, pas de jeux de lumière clinquants. Seuls les huit danseurs vêtus de la même tenue habitent l'espace. Durant une heure environ, leurs corps, grands ou petits, tentent de trouver un langage commun, dénué d'artifice. Un vocabulaire du mouvement qui questionne profondément la relation à l'altérité. En groupe, en duo ou en solo, Yuval Pick casse sans arrêt les rythmes. Les danseurs errent, émergent, sautent, disparaissent dans les coulisses, se figent comme des statues puis se retrouvent dans des ensembles pour vivre une énergie commune. 

Certains y verront sans doute une forme d'austérité. D'autres, au contraire, apprécieront la simple beauté du geste. "Ils se déploient, font vibrer l’espace à l’image des sons, frottent leurs énergies vibratiles d’élans éperdus. L’urgence des corps soutenue par un langage complexe et précis qui se lit comme une calligraphie intime. Une étreinte fugace entre danse et musique, ou huit êtres se cherchent et se répondent, en d’infinis contrepoints", explique dans sa note d'intention Yuval Pick.
 

"Vocabulary of need" de Yuval Pick (Sebastien Erome)

La musique de Bach 

Pour cette nouvelle création, Yuval Pick a choisi la Partita N°2 en ré mineur pour violon solo de Jean-Sebastien Bach. Une œuvre majeure dans l’histoire de la musique, un monument qui donne à Vocabuary of need une narration particulière. Accompagné par le musicien Max Bruckert, Yuval Pick a déroulé le fil de cette pièce de Bach qui ne dure en réalité que vingt minutes. Chacune des trois parties (la Gigue, la Sarabande, la Chaconne) qui composent l'oeuvre originale est jouée dans deux versions différentes dans la pièce. Le spectacle est créé à partir de boucles répétitives et le résultat final donne une matière chorégraphique que les danseurs s'approprient.

"Par ma danse et l’engagement de mes danseurs, je cherche moi aussi à explorer d’autres manières de faire entendre cette musique et de réorganiser les matériaux sonores", détaille Yuval Pick. Lorsque la musique s'arrête, ce sont les corps qui s'expriment totalement. On entend le souffle d'une danseuse, on voit les visages transpirer, on devine le bouillonnement intérieur de chaque être. Le groupe et la musique suivent un mouvement de crescendo, pour atteindre un point d'orgue sublime qui donne à la danse contemporaine toutes ses lettres de noblesse. 

Yuval Pick, interprète, chorégraphe et pédagogue

En quelques années, Yuval Pick a imposé une écriture chorégraphique unique, libérée de toutes les influences qui ont jalonné son parcours d’artiste. De création en création, il approfondit sans cesse son approche du rapport du mouvement à la musique. Il construit des dialogues inédits, entremêle les éléments rythmiques, recompose les espaces. Dans son approche, aucune matière n’asservit l’autre, pas plus qu’elle ne l’ignore.

Nommé à la tête du CCN de Rillieux-la- Pape en août 2011, Yuval Pick a derrière lui un long parcours d’interprète, de pédagogue et de chorégraphe. Formé à la Bat-Dor Dance School de Tel Aviv, il intègre la Batsheva Dance Company en 1991 qu’il quitte en 1995 pour entreprendre une carrière internationale auprès d’artistes comme Tero Saarinen, Carolyn Carlson ou Russel Maliphant. Il entre en 1999 au Ballet de l’Opéra National de Lyon avant de fonder en 2002 sa propre compagnie, The Guests. Depuis, il signe des pièces marquées par une écriture élaborée du mouvement, accompagnée de fortes collaborations avec des compositeurs musicaux. Son Vocabulary of need n'échappe pas à la règle.

"Vocabulary of need" par Yuval Pick à la Maison de la danse de Lyon le 4 juin 2021 à 19h30

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Danse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.