Vermeer au Louvre : l'exposition du maître de la lumière naturelle et de la retenue

L'exposition "Vermeer et les maîtres de la peinture de genre" ouvre mercredi au Louvre. Le musée a réussi un véritable tour de force en réunissant un tiers des œuvres du maître hollandais.

\"La Laitière\" de Vermeer, tableau exposé au musée du Louvre du 22 février au 22 mai 2017.
"La Laitière" de Vermeer, tableau exposé au musée du Louvre du 22 février au 22 mai 2017. (FRANCEINFO / ANNE CHEPEAU)

L’exposition incontournable de ce début d’année à Paris intitulée "Vermeer et les maîtres de la peinture de genre" ouvre mercredi 22 février au musée du Louvre. Il n’y a pas eu de rendez-vous majeur en France avec le peintre hollandais depuis plus de cinquante ans. Pour ce retour, le musée a réuni un tiers des œuvres du maître de la lumière naturelle.

Les visiteurs vont pouvoir admirer douze tableaux de Vermeer sur les trente-six recensés à ce jour. Le peintre hollandais, mort à 43 ans, ne produisait pas plus de deux à trois tableaux par an et sa carrière a été relativement courte. La présentation d'un tiers de ses œuvres relève donc de l'exception, d'autant que chaque tableau est une icône, explique Blaise Ducos, le commissaire de l’exposition. "Après Léonard de Vinci, c'est peut-être l'artiste le plus difficile à déplacer. Qui veut se séparer de son Vermeer ?"   

"La Laitière" : une femme de peine devenue reine

Le tableau La Laitière est la plus connue des œuvres de Vermeer, pas forcément pour les bonnes raisons, une marque de produits laitiers s’en étant emparée il y a de nombreuses années. La toile, placée dans l’exposition sur le même mur que La Dentellière, occupe une position à part dans la peinture de Vermeer. "C'est une réponse à toutes ces jeunes filles élégantes de la société chic que les peintres affectionnaient. Vermeer a voulu montrer qu'il pouvait prendre un sujet humble, modeste, et faire une reine d'une femme de peine", analyse le commissaire de l'exposition. 

Les visiteurs pourront voir La Laitière au Louvre, mais pas La Jeune fille à la perle, autre tableau célébrissime de Vermeer. Ce portrait aurait été hors sujet dans cette exposition consacrée aux scènes de genre, des moments de la vie quotidienne que les peintres recomposaient.

Les effets de la lumière de Vermeer 

Les tableaux de Vermeer sont ici présentés en parallèle avec ceux des peintres hollandais de son époque. Le rapprochement visuel qui permet de voir combien tous se copiaient ou s’inspiraient mutuellement. Vermeer, lui-même, a beaucoup emprunté à ses contemporains mais son style et son utilisation de la lumière sont uniques.

"La lumière, c'est presque le sujet de Vermeer. Une fois qu'il a fait le vide autour de ses personnages, il peut les faire se dresser dans une lumière à nulle autre pareille", décrypte Blaise Ducos. Le commissaire de l'exposition évoque l'atmosphère créée par le peintre, celle de "la retenue".  

On baisse la voix devant un VermeerBlaise Ducos, commissaire de l'exposition au Louvre

L'atmosphère procure au visiteur beaucoup d’émotion. Vermeer est un peintre qui parle au plus grand nombre. C'est une peinture qui n'a pas "un vocabulaire savant".

Quand une exposition en cache une autre ...

Parmi les tableaux de Vermeer réunis par le musée du Louvre, un seul provient de la sphère privée. Ce petit format, Jeune femme assise au virginal, appartient à la collection Leiden du milliardaire américain Thomas Kaplan.

La \"Jeune femme assise au virginal\", faisant partie de la Leiden Collection de l\'américain Thomas Kaplan, est présentée au musée du Louvre. 
La "Jeune femme assise au virginal", faisant partie de la Leiden Collection de l'américain Thomas Kaplan, est présentée au musée du Louvre.  (RADIO FRANCE / Anne Chépeau)

La collection Leiden est entièrement consacrée aux peintres du XVIIe siècle hollandais. Le Louvre, en toute cohérence, présente d'ailleurs ces chefs-d’œuvre en parallèle de l’exposition Vermeer. On peut y voir trente-cinq tableaux dont onze toiles de Rembrandt. Thomas Kaplan a décidé de faire don au musée du Louvre d’une toile présentée dans l’exposition, un tableau de Ferdinand Bol, un des plus brillants élèves de Rembrandt.

Le collectionneur américain Thomas Kaplan devant le tableau de Ferdinand Bol, élève de Rembrandt, dont il fait don au musée du Louvre.
Le collectionneur américain Thomas Kaplan devant le tableau de Ferdinand Bol, élève de Rembrandt, dont il fait don au musée du Louvre. (RADIO FRANCE / Anne Chépeau)

Pour la petite histoire, le milliardaire américain avait en 2009 lors d’une vente aux enchères grillé la politesse au musée français qui convoitait le tableau.

Vermeer au musée du Louvre : l'exposition du maître de la lumière naturelle et de la retenue - un reportage d'Anne Chépeau
--'--
--'--

Les deux expositions, "Vermeer et les maîtres de la peinture de genre" et "Chefs d’œuvre de la collection Leiden", sont à voir au musée du Louvre à Paris du 22 février au 22 mai 2017.