Pourquoi la série "Capitaine Marleau" de France 3 cartonne autant

L'épisode inédit de la série policière diffusé mardi a réuni 6,5 millions de téléspectateurs.

L\'actrice Corinne Masiero dans le rôle de \"Capitaine Marleau\", dans un épisode diffusé le 24 avril 2018 sur France 3.
L'actrice Corinne Masiero dans le rôle de "Capitaine Marleau", dans un épisode diffusé le 24 avril 2018 sur France 3. (CHRISTOPHE BRACHET / FRANCE TELEVISIONS)

Mais où s'arrêtera la capitaine Marleau ? Le dernier épisode inédit de la série policière du même nom, diffusé mardi 24 avril sur France 3, a réuni 6,5 millions de téléspectateurs, soit 27,7% de part d'audience. Le feuilleton français a propulsé la chaîne de France Télévisions (qui co-édite franceinfo.fr) en tête des audiences, loin devant son concurrent américain L'Arme fatale, diffusé sur TF1 et regardé par 3,9 millions de personnes.

La semaine dernière, la série avait battu son record historique en rassemblant 8,3 millions d'adeptes, rapporte France 3 à franceinfo. Comment expliquer le succès fulgurant de cette fiction, qui ne compte pour l'heure que 13 épisodes ? Réponse en trois points.

Parce que la sincérité de son actrice principale fait mouche

Capitaine Marleau, c'est d'abord une gueule. Celle de Corinne Masiero, qui campe le rôle d'une capitaine de gendarmerie attachante, forte en caractère, inséparable de sa parka et de sa chapka, et dont le dernier des soucis est de garer son 4x4 dans les règles de l'art. "Un personnage atypique, qu'on n'a pas l'habitude de voir en premier rôle d'une série. Elle déstabilise tout le monde. Elle a une liberté de ton, une inventivité, elle est drôle et émouvante. Elle est plus impertinente que Columbo", détaille auprès de franceinfo la réalisatrice de la série, Josée Dayan.

Ch'timi comme son personnage, Corinne Masiero, 54 ans, a un parcours atypique. Avant d'évoluer devant les caméras et sur les planches, la comédienne, qui réside toujours à Roubaix, a multiplié les petits boulots et les galères, comme elle le racontait fin 2012 à Télérama, alors qu'elle assurait la promotion de Louise Wimmer, dont elle tenait le premier rôle.

Avant d'être actrice, j'ai tenu un bistrot, j'ai été femme de ménage, j'ai gardé des gosses, j'ai vendu de la came, j'ai vendu mon cul... (...) J'ai dormi dans ma ­bagnole.Corinne Masieroà Télérama

L'actrice, également remarquée dans Fais pas ci, fais pas ça ou le film De Rouille et d'Os de Jacques Audiard, ne fait par ailleurs pas mystère de son engagement politique. Candidate dans sa ville lors des élections municipales de 2014 sur la liste du Front de gauche, elle a, l'année suivante, été rédactrice en chef d'un jour du quotidien communiste L'Humanité, rapporte France 3 Hauts-de-France. Des convictions qui ont sans aucun doute inspiré le personnage de la capitaine Marleau, jamais avare de phrases-chocs au parfum de lutte des classes.

Parce que le casting est prestigieux 

Sandrine Bonnaire, Charles Berling, Niels Arestrup, Yolande Moreau… Chaque épisode apporte son lot de grands noms du cinéma, qui campent des rôles cruciaux dans l'intrigue. 

Un casting de prestige qui a aidé la série à se faire une place sur France 3. "Lors du lancement en 2015, nous avions été séduits par l'association décapante entre Corinne Masiero et le personnage du capitaine Marleau, mais nous avions tout de même un doute car Corinne Masiero n'était pas très connue du grand public", se rappelle Anne Didier, conseillère de programmes à France 3, interrogée par franceinfo.

Mais, pour le premier épisode, Josée Dayan intègre un certain Gérard Depardieu dans la distribution. "Pour lancer un pilote, forcément, c'est rassurant ! Et depuis, le personnage du capitaine Marleau s'est imposé", sourit la responsable de France 3. "L'une des idées de départ, c'était de mettre Corinne Masiero, dans chaque épisode, face à de grands acteurs et actrices", ajoute Josée Dayan. 

Ces face-à-face avec de grands noms plaisent aussi. Parce qu'il se passe forcément quelque chose quand on met deux fauves dans la même cage.Josée Dayan, réalisatrice de "Capitaine Marleau"à franceinfo

Parce que la série se "consomme" facilement et met en scène une "femme forte"

Capitaine Marleau a également réussi à rester accessible, séduisant de nombreux téléspectateurs. Chaque épisode, d'une durée d'une heure trente, peut être regardé sans avoir suivi les précédents. "On peut rentrer n'importe quand dans la collection. C'est un format de polar que l'on appelle bouclé, avec une intrigue linéaire à chaque épisode. On ne 'feuilletonne' pas l'histoire autour du personnage principal, dont on ne sait pas grand-chose et qui reste mystérieux", explique Anne Didier. Les thématiques qui traversent la série résonnent aussi avec l'air du temps. 

C'est une tendance de société : le public voulait retrouver une figure féminine forte à un poste à responsabilité.Anne Didier, conseillère de programmes de France 3à franceinfo

Et Corinne Masiero se prête bien au jeu : "Elle réécrit et improvise parfois ses textes", faisant "intervenir des éléments du quotidien", ajoute Josée Dayan. Ces ingrédients ont permis à la série de grimper au sommet des audiences de la chaîne. Diffusé le 15 septembre 2015, le pilote a été regardé par 3,7 millions de téléspectateurs. Un score "légèrement au-dessus de la moyenne de la chaîne", selon France 3, et qui a doublé depuis. De quoi faire de Capitaine Marleau la série française la plus regardée l'an dernier, rapporte Le Parisien.