"On aura du spectacle vivant tous les soirs" : Michel Field dévoile l'esprit et les contenus de Culturebox, la chaîne éphémère de France Télévisions

Du spectacle vivant en prime time, avec plein de nouveaux visages, au moins un spectacle inédit par semaine, et des rediffusions d'émissions culturelles. Le directeur du pôle culture de France Télévisions Michel Field nous raconte ce qu'on verra sur Culturebox, la chaîne culturelle éphémère que France Télévisions lance début février.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Michel Field, le directeur du pôle culture de France Télévisions (JOEL SAGET / AFP)

France Télévisions lance Culturebox, une chaîne culturelle éphémère pour soutenir la culture, particulièrement pénalisée par la crise du Covid. Une chaîne qui sera accessible sur tous les écrans, notamment sur la TNT. Elle est prête à démarrer dès le 1er février. Elle n'attend que le feu vert du CSA pour l'attribution d'un canal, nous confie Michel Field, le directeur du pôle culture du groupe, qui nous en dit un peu plus sur ce qu'on pourra y voir.

"Une grande salle de spectacle"

On a voulu passer un cran au-dessus de ce qu'on fait depuis le premier confinement. On a beaucoup mobilisé les antennes pour soutenir le spectacle vivant, avec du théâtre en "prime time" sur France 2, avec l'ouverture d'une case sur France 5 le vendredi, en faisant vivre les festivals qui n'avaient pas lieu, sur Culturebox numérique (la plateforme numérique de contenus culturels de France Télévisions, ndlr) ou sur les antennes.

Là, l'idée, c'est d'ouvrir une grande salle de spectacle où les Français pourront pallier l'absence de possibilité d'aller dans les vraies. D'ouvrir une chaîne éphémère, car son destin est de fermer le plus rapidement possible : on le souhaite, parce que ça voudra dire que les salles de spectacles et les lieux culturels rouvrent. Et d'offrir à la fois tout le catalogue de ce qu'on a en magasin de captations, de spectacle vivant, de documentaires, d'émissions culturelles, il y en a quand même énormément, et de diffusion de spectacles inédits.

Tous les soirs, "plein de nouveaux visages"

On aura du spectacle vivant tous les soirs dans les deux premières parties de soirée, avec des soirées thématiques. Une soirée de la semaine du théâtre, un soir de la musique classique, un autre soir de la danse, un autre de la pop, ou du hip hop.

Les soirées seront ponctuées par une petite quotidienne d'actualité culturelle qu'on va concentrer vraiment sur la jeune scène, les jeunes artistes lyriques, les jeunes musiciens classiques, les jeunes danseurs et chanteurs de rap. Ce sera une façon de faire apparaître plein de nouveaux visages. Et on aura une attention particulière à valoriser ce qui vient des régions, les maisons d'opéra dans les capitales régionales et de l'Outremer, avec tout ce que France O et les 1ères peuvent nous offrir.

"Une grille de télé inversée"

Dans la journée, la grille sera occupée par des rediffusions de spectacles, d'émissions culturelles, de la Grande librairie au Grand échiquier et passant par Symphonissime, Prodiges, et puis des programmes courts, Cultissime, ceux de Cultureprime, d'Art d'Art, les documentaires culturels et les grands divertissements du prime time de France 2.

Une journée de Culturebox, c'est assez marrant de la penser, c'est une grille de télé inversée, c'est-à-dire qu'on va mettre en prime-time ce que d'habitude on met plutôt un peu tard le soir. Ce qui d'habitude fait le plus d'audience va être mis dans la journée. Parce que, évidemment, la raison d'être de cette chaîne, ce n'est pas de rediffuser nos émissions, c'est d'offrir du spectacle vivant tous les soirs aux passionnés qui ne sont peut-être pas toujours très nombreux à l'aune de l'audience massive de la télé mais qui se comptent quand même en dizaines ou en centaines de milliers pour chaque genre.

Une politique d'avant-premières

On est en train de monter des captations qui seront vraiment dédiées : l'idée, c'est que tous les samedis il y ait un concert, qui soit vraiment dédié et lié à Culturebox. Il faut qu'il y ait au moins un inédit par semaine, si ce n'est pas deux. Par exemple, le concert de Mika qu'on a enregistré en décembre à l'Opéra royal de Versailles en marge de la grande soirée du 31 décembre de France 2, qu'on va diffuser le vendredi 5 sur France 5, devrait être diffusé sur Culturebox un ou deux jours avant. On va faire des sortes d'avant-premières de spectacles de théâtre ou d'opéra qui étaient destinés à une diffusion prochaine sur les chaînes linéaires. Et il y a des choses qu'on a enregistrées pendant le confinement qui sont toutes fraîches, qui n'ont pas encore été diffusées et qui auront Culturebox comme première vitrine de diffusion.

Demain ou après-demain, on va tourner une pièce au Théâtre du Rond-Point qui a été annulée. On va monter une grande soirée autour de Jean-Michel Ribes dans les premières semaines de la chaîne avec un programme inédit et la rediffusion de Palace. On bricole entre l'ancien, le très très chaud, le tiède et le un peu plus froid.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.