Georges Pernoud, présentateur historique de "Thalassa", est mort à l'âge de 73 ans

Créateur du célèbre magazine consacré à la mer, Georges Pernoud en avait été la voix off à partir de 1975, avant de passer devant la caméra à partir de 1980.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le journaliste Georges Pernoud, le 4 août 2015 à Paris. (MAXPPP)

Son "bon vent !' a bercé plusieurs générations de téléspectateurs. Le journaliste Georges Pernoud, créateur et présentateur historique de l'émission "Thalassa" diffusée sur France 3, est mort à l'âge de 73 ans, a annoncé sa famille à l'AFP, lundi 11 janvier. "Il est décédé dans un hôpital en région parisienne des suites d'une longue maladie", a indiqué sa fille Fanny Pernoud. 

Créateur du célèbre magazine consacré à la mer, Georges Pernoud en avait été la voix off à partir de 1975, avant de passer devant la caméra à partir de 1980. Il y avait fait sa dernière apparition le 30 juin 2017, devenant ainsi l'un des animateurs de télévision ayant eu la plus grande longévité dans le paysage audiovisuel français.

Plus de 1 700 numéros de "Thalassa"

En 2017, après des changements de programmation qu'il déplorait, Georges Pernoud avait préféré quitter le navire et avait présenté son dernier numéro le 30 juin en duplex de Saint-Malo, ville chère à l'émission. France 3 avait alors rendu hommage "à celui qui, à travers ses 1 704 numéros de 'Thalassa' depuis le 25 septembre 1975, a mené avec la rédaction de 'Thalassa' des reportages et des enquêtes de grande qualité sur le monde de la mer et ceux qui en vivent".

FRANCE 3

Rencontre avec des pêcheurs, découverte d'archipels, reportages sur la Route du rhum, mais aussi sur des sauvetages de migrants, sur la pêche au thon ou sur les delphinariums... L'émission a abordé "tous les domaines sur fond bleu", se plaisait à dire l'animateur aux cheveux gris. Deux reportages de "Thalassa" ont été récompensés par le prix Albert-Londres dans les années 1990.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.