La chaîne C8 écope d'une nouvelle amende de 300 000 euros du fait de l'émission de Cyril Hanouna

Cette nouvelle sanction du régulateur des médias à l'encontre de C8 intervient quatre mois après une amende record de 3,5 millions d'euros, toujours du fait de l'émission "Touche pas à mon poste !".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'animateur Cyril Hanouna, le 30 septembre 2021 à Paris. (JOEL SAGET / AFP)

Il l'avait sommée de "fermer sa gueule" et de "chasser les rats la nuit au lieu de dire des conneries". Les attaques de l'animateur Cyril Hanouna contre la maire de Paris, Anne Hidalgo, ont valu une amende de 300 000 euros à sa chaîne C8, a annoncé l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom), mercredi 31 mai.

Cette nouvelle sanction du régulateur des médias à l'encontre de C8 intervient quatre mois après une amende record de 3,5 millions d'euros, toujours du fait de l'émission "Touche pas à mon poste !" (TPMP) de Cyril Hanouna. Cette amende avait été infligée début février à la chaîne, après les injures lancées en direct par l'animateur au député LFI Louis Boyard, en novembre.

La nouvelle amende, qui punit des "manquements" de la part de C8, prend d'ailleurs en compte les "précédentes sanctions prononcées pour des violations antérieures des mêmes obligations", souligne l'Arcom.

L'émission épinglée de nombreuses fois

Les propos contre Anne Hidalgo avaient été tenus dans "TPMP" le 5 octobre 2022. Cyril Hanouna avait également déclaré que l'édile faisait partie "d'une 'bande d'abrutis', s'exclamant 'nous fais pas chier' et réitérant à plusieurs reprises l'expression 'ferme ta gueule'", a poursuivi le régulateur. L'Arcom "a considéré que ces propos étaient de nature à porter atteinte aux droits de la maire de Paris, au respect de son honneur et de sa réputation".

C8 (chaîne du groupe Canal+, contrôlé par le milliardaire conservateur Vincent Bolloré) a été épinglée à de multiples reprises ces dernières années par l'Arcom, du fait des émissions de Cyril Hanouna. En mars, par exemple, l'instance a été saisie au sujet d'une séquence controversée de "TPMP", où un invité avait mis en avant une théorie complotiste sur une prétendue drogue prélevée sur des enfants.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.