I-Télé reprend l'antenne après quatre jours de grève

Les salariés ont suspendu, jeudi, leur mouvement jusqu'au 5 juillet, date à laquelle une grille des programmes doit être présentée.

Une caméra de la chaîne d\'informations i-Télé, photographiée à Paris, le 14 septembre 2014.
Une caméra de la chaîne d'informations i-Télé, photographiée à Paris, le 14 septembre 2014. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Terminées les rediffusions en boucle. La chaîne d'informations i-Télé a repris le cours normal de ses programmes, vendredi 1er juillet, à l'issue de quatre jours de grève. Les salariés ont voté, jeudi 30 juin au soir, la fin du mouvement démarré lundi, après avoir notamment obtenu des mesures d'accompagnement pour les 52 salariés dont les contrats d'usage et les CDD ne seront pas renouvelés.

Lors d'une assemblée générale, ils ont voté la reprise du travail à 110 voix pour, 13 abstentions et 1 contre. "Les techniciens, solidaires" du mouvement, ont été "longuement applaudis", écrit un journaliste de la chaîne sur Twitter. Comme les journalistes précaires, "dont un bon nombre nous quittent" : "Beaucoup étaient en larmes." La DRH du groupe Canal+ "s'est engagée" à les "accompagner", précisent les salariés dans un communiqué.

La grève "suspendue" jusqu'au 5 juillet

Les grévistes ont également obtenu la promesse d'une grille des programmes pour le 5 juillet. "Nous suspendons la grève jusqu'à cette date, indiquent-t-il. Nous resterons extrêmement vigilants sur les moyens et la ligne éditoriale de la future chaîne Cnews, qui succédera à i-Télé."

Dans le viseur des journalistes : Vincent Bolloré, le patron de Vivendi et de Canal+. "Au début, il est venu nous voir et a fanfaronné avec ses milliards d'euros en disant qu'il comptait investir dans la chaîne, témoignait une journaliste, sous couvert d'anonymat, auprès de francetv info. Et maintenant, on a tous l'impression qu'il cherche à assainir les comptes pour pouvoir nous revendre. On sent bien qu'il ne nous aime pas, qu'il n'apprécie pas notre métier."

Une première depuis la création de la chaîne

C'est la première fois depuis sa création, en 1999, que i-Télé se met en grève, explique Le Figaro (article payant). Un mouvement qui a empêché cette fois-ci la chaîne de couvrir des événements comme les conséquences du Brexit ou l'attentat à l'aéroport d'Istanbul. Mais les téléspectateurs n'ont pas été prévenus du mouvement : aucun message n'a été diffusé pour expliquer la grève, ni à l'antenne, ni sur le compte Twitter de la chaîne.