"Sens interdits" à Lyon : le festival de théâtre engagé qui ouvre des fenêtres sur le monde entier

Pour son dixième anniversaire, le festival de théâtre lyonnais, Sens interdits, a convié des compagnies mexicaines, russes, africaines et polonaises. Une programmation éclectique, citoyenne et engagée.

Des Caravelles et des batailles d\'Eléna Doratiotto et Benoît Piret - Belgique
Des Caravelles et des batailles d'Eléna Doratiotto et Benoît Piret - Belgique (Hélène Legrand)

Un théâtre de l'urgence. C'est ainsi que Patrick Penot définit le festival qu'il dirige. Les 22 spectacles présentés cette année ont beau venir de pays très différents, ils proposent chacun dans leur langue et avec leurs propres codes culturels des regards décalés et inattendus sur des sujets universels.

Faire fondre la glace

A l'image de Ma petite Antarctique. Cette création du Théâtre KnAM, le plus petit théâtre de Russie, a fait l'ouverture du festival au théâtre des Célestins. Le spectacle s’articule autour de la glace. La glace qui gèle le cœur, mais également celle qui préserve. Comment vivre dans un pays souffrant d’un symptôme post-traumatique à l’échelle nationale et qui a poussé les habitants à mettre leurs émotions sous capsule pour éviter de souffrir, de se souvenir ? "Le plus important pour notre société aujourd'hui est de faire fondre cette glace, raconte la metteure en scène Tatiana Frolova. C'est de passer d'un état de guerre civile à des conditions de vie dans lesquelles on arriverait à se parler les uns aux autres."

Un théâtre militant

Le public du théâtre des Célestins ne s'y est pas trompé, offrant le soir de la première une standing ovation à la petite troupe russe. "C'est fabriqué avec très peu de choses, témoigne une spectatrice conquise. Et en même temps il y a une intensité et une manipulation de la vidéo qui est excellente. C'est très émouvant."

En 10 ans, le festival Sens interdits a présenté une centaine de spectacles venus de 40 pays. Un théâtre militant, des voix différentes et souvent dissonantes pour interpeller le public.

Lectures, débats, projections et rencontres, le festival se poursuit jusqu'au 27 octobre dans une vingtaine de salles de Lyon et aux alentours.