"Le Menteur" : une ébouriffante comédie de Corneille au Théâtre de Poche

Avant de devenir l’immense auteur du Cid et de Horace, Corneille, jeune, a écrit quelques délicieuses comédies comme ce "Menteur" très joliment recrée par Marion Bierry au Théâtre de Poche.
Article rédigé par franceinfo Culture
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
« Le Menteur » : une comédie de Corneille au Théâtre de Poche (Crédit : Pascal Gely)

Comment sur une scène réduite et en ne sacrifiant ni les décors, ni les costumes, ni l’énergie des acteurs, on réussit un spectacle d’une énergie folle et sans aucun temps mort… C’est le pari réussi de Marion Bierry. Dorante est un jeune provincial qui vient se frotter à la capitale en sachant que, déjà à cette époque (celle de Louis XIII), la mode parisienne imposait de paraître ce que l’on n’était pas. Et le voici, avec un culot monstre, parti à la conquête des coquettes de Paris en accumulant, sous l’œil effrayé de son valet Cliton, les mensonges les plus énormes.

 Bien entendu cette accumulation finira par se retourner contre lui mais dans une dernière pirouette, car le personnage est somme toute sympathique, il réussira à s’en sortir tout en épousant celle qu’il convoitait.

« Le Menteur » : une comédie de Corneille au Théâtre de Poche (Crédit : Pascal Gely)

Un Corneille joyeux avec un grain de folie 

Dans un décor à transformation où les personnages apparaissent par des ouvertures qui sont comme des fenêtres d’hôtel particulier, et en multipliant de manière fluide les entrées et les sorties, Marion Bierry et ses comédiens insufflent à cette pièce joyeuse du brillant Corneille un grain de folie et un charme contemporain.

Le Dorante d’Alexandre Bierry, légèrement perché, fait montre d’un panache souvent désopilant, et avec une progression dans l’invention de ses mensonges qui nous tient en haleine. Il est très bien entouré par son valet, Benjamin Boyer, et des deux coquettes Anne-Sophie Nallino (en alternance avec Marion Lahmer) et Mathilde Riey. Les costumes, dont on ne sait trop pourquoi se réfèrent à la Révolution française, sont tout à fait chatoyants.  Cette excellente soirée nous rappelle aussi que Corneille, avant d’écrire des tragédies, a été un auteur de comédies mordantes qui ne déparent pas à côté de celles de Molière.

Nous avions derrière nous un groupe de lycéens envoyés par leur professeur, ils se sont très vite tus pour se laisser aller au plaisir qu’ils ont partagés avec les plus grands, réservant une ola à la troupe au moment du salut !

Affiche du menteur au Théâtre de Poche (DR)

 

"Le Menteur" de Pierre Corneille
Adaptation et mise en scène de Marion Bierry 
Du mardi au samedi à 21h, dimanche 15h
Théâtre de Poche 
75 bd du Montparnasse 
75006 Paris
01 45 44 50 21

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.