Festival d'Avignon : la "joie" d'Anna Bouguereau

Dans Avignon Le Off au théâtre du Train bleu,  les débuts très prometteurs d'une jeune comédienne, Anna Bouguereau.

Anna Bouguereau dans \"Joie\" au théâtre du Train bleu, Avignon Le Off.
Anna Bouguereau dans "Joie" au théâtre du Train bleu, Avignon Le Off. (KARIM C.)

Le matin, un jour sur deux, elle est dans En réalité d'après La misère du monde de Pierre Bourdieu. Mais tous les jours à 16h40, c'est son spectacle qu'elle joue, seule : Joie, mis en scène par Jean Baptiste Tur. Un texte qu'elle a écrit en mêlant fiction et souvenirs de ces moments bizarres que l'on vit durant des obsèques: "J'ai des souvenirs de fou-rires à côté du cercueil et de penser des horreurs" , dit Anna, dont le personnage confie des désirs inavouables en pareille circonstance. Sur scène, une table, des fleurs et une présence, forte, celle d'une jeune comédienne à la voix qui porte et qui fait rire avec ses pensées bizarres et ses questions naïves : Pourquoi on nous met dans une boîte quand on meurt ? Pourquoi on met cette mauvaise musique ?... La forme est très personnelle, loin des facilités des stand-up qui pullulent à Avignon. On sent dans cette joie autant l'envie de jouer que d'écrire pour dire.

C'est la joie qu'il faut guetter dans la vie, peut-être pas le bonheur qui est trop abstrait, mais la joieAnna Bouguereau

Pour Anna Bouguereau, ce festival a été précédé de moments de travail solitaire, de doutes : "J'ai eu trois, quatre ans où je me disais, j'ai pas de travail, pas d'intermittence", se souvient-elle, mais "j'avais plein de choses à dire et je voulais les dire maintenant". Et dans ce théâtre du off, le Train bleu, ils se connaissent à peu près tous, se retrouvent parfois sur des projets, s'entraident. Anna, qui va avoir 30 ans, garde une énergie intacte.

Festival d'Avignon : la "joie" d'Anna Bouguereau - Le reportage de Thierry Fiorile
--'--
--'--